Archive for mars 2016

Pasqua : Caramelles amb la polifònica Puig Reig

26 mars 2016

caramelles

CARAMELLES

Les caramelles són unes cançons populars típiques de la Catalunya Vella i del nord de la Nova, que es canten per Pasqua per celebrar la bona nova de la resurrecció de Jesús, tot i que també tenen caràcter profà. Els intèrprets o ‘caramellaires’ eren grups d’infants o d’adults que sortien a cantar per cases i masies el Dissabte de Glòria al vespre o bé els matins del Diumenge i del Dilluns de Pasqua. S’acompanyaven d’instruments diversos i recollien ous o diners que la gent els donava amb els quals feien un àpat col·lectiu, principalment ouades, el mateix dia, a la tarda, o uns quants dies més tard. El costum presenta nombroses variants: en alguns llocs els caramellaires dansaven entre cant i cant (al pla de Bages era típica la dansa dels cascavells)

http://www.polifonica.cat

Caramelles : chansons populaires joyeuses, religieuses ou non, appartenant à une tradition ancienne Catalane : chantées à Pâques pour célébrer  la résurrection du Christ, mais ayant également un caractère laïque, nous on dirait plutôt profane.
Ces chansons étaient chantées par des groupes d’enfants et d’adultes qui se déplaçaient de maison en maison, le samedi soir, le dimanche matin et le lundi de Pâques.
Ils s’accompagnaient de divers instruments dont tous ne savaient pas toujours bien  jouer, mais tous savaient taper sur un tambour, frapper deux morceaux de bois,  ou sonner une clochette. Les enfants cherchaient où l’on avait caché des oeufs, une tradition qui n’appartient pas qu’à la Catalogne, mais à toute le Chrétienté. Les enfants portaient en général un bonnet rouge tricoté, moins souvent un béret. Ils quémandaient avec un panier au bout d’une perche, pour atteindre les balcons, une petite pièce pour improviser un repas  intergénérationnel qui se déroulait dans la rue ou sur la place du village. Tous chantaient et dansaient.

Une tradition qui daterait du 16ème siècle et qui avait une double signification, car pour les croyants comme pour les non-croyants, et surtout sous nos latitudes, Pâques correspondait plus ou moins à l’arrivée des beaux jours, et à la reprise du travail dans les champs.

Notre culture, nos traditions, notre patrimoine !

Heureusement, on pourra aller à la Sanch !

25 mars 2016

Aujourd’hui, la Sanch : il s’agit bien là de notre patrimoine, notre culture, nos traditions.

Bande sonore (bref extrait – droits d’utilisation obligent) de la plage 3 du CD « Noces de Sang »   : Oratoru del Mil-Lenari del Sant Dubte’ d’Ivorra: III. Plany de les Veròniques – Ad Primam
de Antoni Makorso, Climent Forner, Coral Ginesta de Cervera, Jordi Casanova, Julià Carbonell de les Terres de Lleida, Marta Cordomí, Orfeó Nova Solsona, Pau Bordas,

Polifónica de Puig-Reig

Rendez leur visite sur leur site : http://www.polifonica.cat/

[Archives 2016] Aujourd’hui, 19 mars 2016, à Cabestany : R.A.S.*

19 mars 2016

Archives 2016 : Publié le 19 mars 2016

Honneur et Patrie

Honneur et Patrie

* R.A.S. : rien à signaler

Vous êtes plusieurs à nous avoir envoyé un mail avec uniquement ces trois lettres : R A S. Qui a obligatoirement une signification pour vous mais beaucoup moins pour nous ! L’un des mails que nous avons reçu était libellé quelque peu différemment, puisqu’il y était écrit : R.A.B. Il faudra que je demande à mon petit fils ce que cela veut dire.

et bon week-end à toutes et à tous.

[Archives 2016] Les Cabestanyencs s’indignent de toujours plus de béton !

18 mars 2016

ARCHIVES 2016droite républicaine

Un simple entrefilet dans l’indépendant de Mercredi qu’on aura raté mais on a tellement de choses à lire chaque matin entre les journaux, les magazines, les blogs, les sites, et votre courrier qui est toujours le bienvenu et qui reste prioritaire.

Et il faut penser aussi à aller au boulot, ou en cours, pourrions nous ajouter, plutôt que d’aller faire les gugusses à racler nos nïques sur la chaussée  ! Et, sans savoir ce qui nous attend et il n’y a point de sot métier, espérer autre chose que d’avoir à 25 ans un CDI et un mandat syndical chez …….., ou devenir fonctionnaire à vie, en faisant 30 heures par semaine, avec 45 jours de vacances et 40 jours de maladie pour aller à la pêche.

Mais nos internautes, eux, n’ont pas manqué cet article. Et ils nous rappellent à l’ordre. Mea culpa !

Un article qui dit combien Monsieur le Maire est fier de laisser pour la postérité …. du béton ! Cela lui vaudra la médaille d’or de grand B-Tonneur *!

l'article dans l'Indép !

l’article dans l’Indép ! vous pouvez cliquer dessus pour l’agrandir.

On peut y lire cette phrase qui nous laisse pantois et que l’Indépendant attribue à Monsieur le Maire :

 » Pour ce qui concerne les finances, si cette attractivité permet d’augmenter les revenus liés aux impôts locaux, « le gain fiscal n’est pas très grand car cette hausse de population nécessite de nouveaux investissements et des frais de fonctionnement supérieurs (station d’épuration,  créches, écoles .. .).»

Donc à Cabestany on ne bétonnerait que pour le plaisir,  par perversité narcissique, pour rien, pour remplacer la nature par du macadam, pour contrarier le ruissellement naturel de l’eau de pluie, pour rendre les sols imperméables, pour empêcher le cycle naturel de l’eau et pour contrarier les défenseurs de la biodiversité dont je fais partie, pour qu’on puisse dire un jour : « nous aussi on est inondé ». Quelle planète laisseront ces gens là aux jeunes ? Mais ils ne nous laisseront pas un souvenir positif de leur passage ici bas.

Car connaissez vous la définition « d’une terre inondable » : c’est quand elle a déjà été inondée. Et celle d’une « terre non inondable » : c’est quand elle n’a pas encore été inondée  mais rassurez vous, qu’elle le sera un jour !

Hier Cabestany c’était cela

cabestany hier03

demain grâce à nos élus majoritaires à la mairie, ce sera cela.

Cabestany 2020

Cabestany 2020

POURQUOI ?

ll faut construire des logements lit on dans l’Indépendant pour les gens de Perpignan ?! Nous on lit les études démographiques officielles,  on s’intéresse à l’excellent enseignement dispensé à la Fac de Perpi sur le sujet et on perçoit les choses différemment sans y mêler la politique politicarde de la maire qui voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Propagande insupportable et mensongère. 

Il faut – peut être – construire pour nous, la jeune génération, certes, si on ne va pas bosser à Londres ou Barcelone, mais la réalité est qu’on construit pour ceux qui viennent d’ailleurs dans un département où il n’y a déjà pas de boulot. Et dans ceux qui viennent d’ailleurs, on trouve beaucoup de ceux qui sont déjà au RSA en banlieue parisienne par exemple et qui n’ont aucun espoir de trouver du boulot chez nous. Mais ils se disent qu’il vaut mieux venir toucher les allocs dans les PO où il y a du soleil, moins d’odeur de gas oil, et où ce sont les catalans qui vont cotiser pour eux, surtout lorsqu’il se trouve une bonne âme qui se dit qu’il faut trouver des demeurés pour les faire adhérer à l’utopie communiste afin que Cabestany reste à l’est du Mur, pour les siècles des siècles. Amen !

Mais qu’ils se rassurent, ceux qui viennent des quartiers dont notre premier Toréador dit que ce sont des ghettos,  encore quelques années et à Cabestany, ils ne seront plus dépaysés par rapport à l’endroit d’où ils viennent.

Et les impôts que vous allez payer en plus, c’est pour le ciment ou pour le sable ?

Quant à ceux qui commencent leur mail en écrivant « je me revendique de gauche » et qui se plaignent, et à nous en plus, on leur dira juste que ceux qui sont à la mairie n’ont pas pris les gens en traitre.

En 2014, il y avait deux programmes électoraux.

Celui de ma Droite qui voulait faire de Cabestany une enclave de verdure, un « poumon vert » dans l’agglomération Perpignanaise et privilégier tout ce qui était développement durable, énergies renouvelables. Et nous les jeunes, nous travaillons chaque jour avec NOS élus sur des projets particulièrement audacieux pour le futur. Mais n’allons pas donner à la municipalité des idées dont elle est totalement en manque.

Et le programme de la gauche qui avait bien prévenu que pour eux c’était le bétonnage, le bétonnage et encore le bétonnage,  jusqu’à plus soif. Cela se vérifie tous les jours. Et ils tiennent leurs promesses !

La démocratie a parlé. Ainsi, concernant ses projets en cours ou futurs, à Cabestany la mairie a un alibi….. « en béton »

-o-

  • B-Tonneur :  une expression empruntée à un certain parti qui se dit plus vert que rouge, ce qui est loin de nous convaincre, et dont l’une de ses représentantes est justement en charge du logement au gouvernement ! Chacun appréciera où nous puisons nos sources.

[Archives 2016] A Cabestany, la Droite Républicaine s’oppose à une nouvelle augmentation des impôts locaux : dogmatique et injustifiée !

16 mars 2016

Archives 2016 : publié le 16 mars 2016

conseillers

Hier soir, à la séance du Conseil Municipal du 15 mars 2016, la Droite Républicaine, dans l’opposition municipale, s’est opposée farouchement à toute nouvelle augmentation des impôts locaux, dogmatique et injustifiée.

Dans un Conseil Municipal qui avait par moments des allures de rodéo, ou de séance de guignol : on vous explique. Certaines délibérations doivent se faire hors de la présence du Maire. Alors celui ci doit sortir de la salle – sans écouter derrière la porte – et revenir. Et s’étonner bien sur comme s’il n’était pas au courant de ce que les conseillers ont décidé en son absence alors que vous vous doutez bien qu’il leur a donné lui même les consignes avant le début de la séance.  Mais ne raillez pas. C’est la loi. Et s’il ne la respectait pas, les décisions pourraient être invalidées.

Devant les bien pales explications de la majorité qui s’embrouillait, ne savait plus parfois où elle en était, se contredisait, et parfois prononçait un discours surréaliste, nos élus de la Droite Républicaine qui avaient préparé et travaillé leur sujet, égrainaient des arguments imparables.

Un débat qui tournait vite court car si Monsieur le Maire ne l’avait pas tronqué, on peut se demander si certains élus de gauche ne se seraient pas abstenus ou auraient même voté CONTRE.

Nos élus, eux, sans aucune ambiguïté, ont voté CONTRE.

Et dans la salle, à voir certains qui ne sont pas de notre camp, sembler nous donner raison, on peut se demander comment 70% des Cabestanyencs seraient pour cette augmentation décidée par le Maire, quand ceux de son propre camp ne semblent aucunement lui donner raison.

On devra quand même passer à la caisse !

Et la majorité municipale apprendra peut être, au fil du temps, à mieux préparer ses dossiers, et convaincre – si elle y réussit – ses propres troupes, mais pour ce qui est de la démocratie, il s’agissait une nouvelle fois d’une mascarade.

A la sortie du Conseil, nos élus préparaient un communiqué pour la presse et les médias.

-o-

Le droit de réponse de Madame Claudine Fuentes

14 mars 2016

dr

-x

Nous publions – en bas de cet article –  la réponse de Madame Claudine Fuentes en vertu du droit de réponse que chaque citoyen a la possibilité d’exercer dans nos colonnes.

Mais nous restons des adversaires politiques.

Nous remercions DirectSud.eu qui prend part à la démocratie locale et qui est un site d’information et non un blog. Et qui se veut apolitique. Dont acte.

http://www.directsud.eu/?p=27906

Nous remercions les Cabestanyencs qui nous soutiennent. Et si nous avons démarré sur les chapeaux de roues c’est que plusieurs d’entre eux nous ont écrit qu’on ne pouvait laisser passer les déclarations du Front National sans répliquer. Ils avaient raison. S’ils ont l’impression au travers de notre Blog de pouvoir s’exprimer dans l’ambiance politique étouffante de Cabestany, et sous la chape de plomb communiste, nous sommes bien là pour eux, sinon à quoi servirions nous ?

Concernant la réunion municipale au cours de laquelle Monsieur le Maire nous a expliqué que 70% des Cabestanyencs étaient favorables à une augmentation des impôts, il s’agissait à nos yeux d’une mascarade, et nous ne regrettons pas d’y avoir envoyés notre consoeur rédactrice espiègle qui a traité le sujet avec humour. Tout le monde ne l’a pas encore compris. La prochaine fois on fera des coloriages.

https://blogcabestany.com/2016/02/18/au-theatre-ce-soir-a-cabestany/

Et le lieu où Colette Appert, Patrick Sperring, Philippe Gleizes ou Lydie Roger débattent des impôts ou d’autres problèmes est le Conseil Municipal où ils ne font pas de la figuration mais s’opposent à parfois s’en casser la voix.

conseillers

Demain mardi, à 18 h 30, à la Mairie, au rez de chaussée,  il y a un Conseil à Cabestany. Et si vous y faisiez toutes et tous un tour !  Vous verrez quel est le niveau de confort réservé au citoyen lorsque vous aurez passé deux heures assis sur des briques. Vous verrez l’ambiance. Mais vous verrez aussi à quoi sert l’opposition !

L’augmentation d’impôts à Cabestany est insupportable car en plus d’une gestion laxiste de la commune,  elle est faite avec une dose de dogmatisme idéologique et un côté revanchard contre « les riches ». Les riches à Cabestany sont tous ceux qui ne vivent pas que du RSA ! A Malakoff, autrefois, le Maire habitait un HLM, se déplaçait en vélo, vendait l’Huma en bleu de travail au marché le dimanche,… et il était toujours d’humeur égale.

Nous avons des convictions bien ancrées, et n’avons jamais été attirés par les extrêmes, mais nous conclurons déjà en disant que si le PCF est un parti républicain, pourquoi le Front National n’en serait il pas un ? Rien que cette phrase va encore nous vouloir une boite mail qui va déborder tout au long de la semaine. Cela va nous occuper !

Mais en précisant bien qu’à Cabestany nous sommes contre les alliances de quelque nature que ce soit, à gauche comme à Droite. Contre toutes les compromissions politiques. Contre les calculs électoraux. Contre les arrangements. Et que nous revendiquons une certaine indépendance et une liberté de parole même au sein de notre propre camp.

croix de lorraine

Et enfin nous dirons que l’état de droit et la démocratie ne doivent être aucunement des prétextes pour se montrer faibles. Si ceux qui s’attaquent à la France le font avec des armes, on doit leur répliquer avec des armes. Et si certains veulent nous asservir, nous sommes et nous restons des « français libres » dans l’esprit de ceux qui ont jadis donné leur vie pour la liberté et nous nous devons d’être dignes de nos aînés, et responsables de ce que nous laisserons à nos enfants.

 -o-

LA REPONSE DE MADAME CLAUDINE FUENTES

Claudine Fuentès

Claudine Fuentès

CABESTANY : DROIT DE RÉPONSE AUX MEMBRES DU COLLECTIF DE RÉDACTION DU BLOG-CABESTANY       La belle… rebelle ?

Par Claudine FUENTES, conseillère municipale et communautaire FN à Perpignan, ex-candidate aux départementales  sur le canton Perpignan/Cabestany.

Mesdames et Messieurs les membres du collectif de rédaction du Blog-Cabestany,
Dans une lettre que vous m’avez adressée le 11 mars 2016, vous évoquez deux points sur lesquels je souhaite exercer mon droit de réponse :
Tout d’abord, permettez-moi de vous remercier d’avoir reconnu qu’il vous semblait que  j’étais une personne de « bon sens », le bon sens étant au cœur de la politique du Front National.
Au cours de la réunion publique organisée par le maire de Cabestany pour annoncer triomphalement, avant les résultats officiels, que 70 % des Cabestanyencs étaient favorables à une augmentation d’impôts, j’ai interpellé le maire en tant que simple habitante de Cabestany faisant partie des 30 % d’habitants qui n’étaient pas d’accord.
Ce dernier m’a répondu en faisant référence à mon mandat d’élue FN, égrainant alors les mesures appliquées dans les mairies gérées par le Front National. Pourquoi le contredire ? Oui, les maires FN ont eu le courage de ne  pas augmenter la fiscalité dans leur commune, Oui, les subventions à certaines  associations  communautaristes ont été supprimées. Dont acte.
De votre côté, aucun d’entre vous n’a pris la parole pour vous opposer à l’augmentation d’impôts annoncée, et sur ce point, vous m’avez déçue également.
Sur le deuxième point, puisque vous déclarez me connaître très peu, je vous invite à prendre connaissance de mes prises de position bien tranchées,  notamment sur les atteintes à la laïcité, sur l’islamisme radical, la nationalité française, le soutien aux agriculteurs, sur le fait religieux en milieu professionnel, sur l’abattage rituel, le matraquage fiscal et  sur le rétablissement des frontières.
Je suis fière de représenter un parti de résistance, un parti qui dit non à l’implosion de notre pays, un parti qui dit non au remplacement de nos valeurs par des valeurs qui ne sont pas les nôtres, un parti qui demande aux français de ne plus courber l’échine mais de relever la tête, un parti qui veut remettre la France à l’endroit !
Je  peux toutefois admettre que  pour les victimes de l’enfumage politico-médiatique visant à stigmatiser le Front National au point de le comparer à une organisation terroriste,  un élu du Front qui affirme haut et clair que le Front National n’est pas un parti racialiste mais le parti des patriotes où tous les français,  quelle que soit leur couleur de peau, quelle que soit leur religion  sont les bienvenus, est un élu qui déroute. Et vraisemblablement, je vous déroute.
Avec mes respectueuses salutations,
Claudine FUENTES

-o-

Et selon une formule consacrée, demain on va passer à autre chose ! Bonne semaine à tous !

Lettre ouverte de Blog-Cabestany à Madame Claudine Fuentes du Front National !

10 mars 2016

En réponse à un article paru dans le Blog DirectSud.eu et intitulé « Coup dur pour la Démocratie » dans lequel il nous a semblé – peut être à tort – que l’on nous mettait en cause !

dr

Madame,

Nous avons du respect pour vous. Comme nous avons du respect pour nos adversaires de tous bords, considérant qu’on ne peut pas appartenir à la Droite Républicaine, dans un état de droit, en ne respectant pas les valeurs de la démocratie auxquelles nous sommes tant attachés. Mais ce qui nous distingue de bien d’autres est que nous considérons que nous n’avons aucune couleuvre à avaler contre notre gré, et nous sommes mithridatisés contre les venins de toutes sortes.

Nous avons également un petit capital sympathie pour vous, car si nous vous connaissons bien peu, nous avons des amis communs qui nous disent que vous êtes, du moins dans la vie de tous les jours, une personne de bon sens.

Votre intervention, à une récente réunion municipale, nous laissait espérer un débat contradictoire, avec Monsieur Vila, plein de promesses. Vous avez préféré le laisser se lancer dans un monologue décousu et rétrograde que n’auraient pas renié Jacques Duclos, Maurice Thorez ou Georges Marchais. Cela nous a quelque peu déçu sur votre pugnacité. C’était votre choix. Et nous ne sommes pas des donneurs de leçons. Surtout qu’en d’autres lieux nous avions apprécié vos talents d’oratrice, à défaut de pouvoir acquiescer à une seule de vos idées que nous combattons farouchement.

D’ailleurs, certains d’entre nous se demandent si vous croyez sincèrement aux idées que vous semblez défendre, mais nous ne sommes pas là pour vous égratigner de façon gratuite. Quoique…. !

Lorsque vous nous accusez, nous la Droite Républicaine, ni plus ni moins que de collusion avec les communistes qui dirigent de façon aussi exécrable Cabestany depuis tant d’années, cela nous attriste.

Mais il est vrai que c’est aussi parce que nous n’étions pas satisfait de la manière dont les gens se réclamant de la Droite s’opposaient de manière pas assez véhémente aux communistes, que nous sommes entrés dans la danse en 2008. Une appréciation toute subjective, certes. Nous sommes partis à la bataille sans beaucoup d’espoirs. En faisant parfois des erreurs. Mais avec une ardeur et une rage que vous ne paraissez pas mesurer. Quand on défend des idées on le fait jusqu’au bout sans se lamenter si on ne décroche pas à l’arrivée de beaux sièges confortables. Le dernier de nos soucis ! Nous ne renonçerons jamais.

A ce sujet, on ne vous a pas vu entrer en lice contre Monsieur Vila ou contre nous en 2008, ou en 2014. Vous avez préféré le confort politique Perpignanais. A Cabestany, lors des municipales, c’est bien nous qui sommes allés au charbon et pas vous !

Vous nous direz que lors d’une triangulaire cantonale, vous nous avez devancés. Mais reconnaissez que jamais nous n’avons refusé l’obstacle, et que jamais nous n’avons considéré que la partie était trop inégale ou désespérée. Lorsque l’on croit en des idées, on va jusqu’au bout. La garde meurt mais ne se rend pas !

Soyez donc assurés d’une chose. Nous continuerons de nous opposer à toute la gauche, et aux communistes comme au FN avec la même ardeur dans les années à venir. Nous savons pouvoir compter sur Colette Appert qui est « inoxydable ».  Sur Patrick, sur Phil, sur Lydie, efficaces et talentueux pour défendre notre cause sans jamais faiblir. Sur ses autres co-listiers qui sont toujours à la manœuvre même si c’est long : six ans. Tant qu’il y a de la vie.  Les honneurs, les récompenses, voire les prébendes…. plusieurs d’entre nous les ont déjà eues en d’autres temps et d’autre lieux. Aujourd’hui la seule chose qui nous importe est Cabestany et la défense de ses citoyens et plus rien d’autre n’a de valeur à nos yeux.

Nous n’avons aucune intention de prendre position dans la primaire à venir dans notre camp car notre combat ne se situe pas au niveau national. Le vainqueur de cette primaire quel qu’il soit, sera toutefois notre seul et unique champion pour la Présidentielle. Nous le soutiendrons de façon incontestable et sans réserves. Et en 2020, quels que soient nos soutiens politiques, dans l’éventualité où les temps à venir ne seraient pas un long fleuve tranquille –  même si ce n’est pas l’option que nous retenons – nous serons présents aux municipales, et nous défendrons nos idéaux de la Droite Républicaine à Cabestany. Et il faudra que, tous, vous comptiez avec nous. Il est parmi nous certains Gaullistes pour lesquels l’esprit de Bir Hakeim est éternel. Quand bien même nous serions seuls contre tous mais nous avons beaucoup de citoyens derrière nous et vis à vis desquels nous avons des devoirs et pas des droits. Mais, vous le savez bien, il n’y aura jamais de connivence politique entre nous, pas plus qu’il ne pourrait y en avoir avec les communistes.

Et si avec le FN, la Droite Républicaine fait souvent le même diagnostic, ce qui nous différencie est avant tout le choix de la potion à administrer au malade. Pour nous une potion est faite pour le soigner et pas pour l’achever.

Avec nos respectueuses salutations.

Ecrit à chaud, sans brouillon, sans relecture, par le collectif de rédaction de Blog-Cabestany réuni en video-conférence, ce soir jeudi 10 mars.

Signé : POSTMASTER (le nom de notre collectif)

AVIS : les propos de la rédaction de Blog-Cabestany n’engagent aucunement nos conseillers municipaux.

Réponse de la Droite Républicaine de Cabestany à : http://www.directsud.eu/?p=27804

Des abeilles à Cabestany : nous sommes pour ! Une ruche idée !

4 mars 2016

8b80ae41

Cela me fait tout drôle de reprendre la plume après de longues semaines. Mais c’est un plaisir. Et chargée, cette semaine,  de lire et trier vos mails, faut il s’étonner que vous paraissiez davantage passionnés par la vie politique nationale que locale ? Mais je vais vous parler de l’implantation de ruches dans notre ville. Qui recueille notre adhésion.

Nous en avons entendu parler à un dernier Conseil Municipal, au moment où nous allions nous endormir en écoutant les explications d’un intervenant sur les finances de la ville. Lequel intervenant ne connaissait visiblement pas son sujet. Ou le connaissait trop bien mais n’y croyait pas lui même ce qui serait plus vraisemblable. Mais tout n’est qu’improvisation et amateurisme dans un Conseil Municipal à Cabestany, comme vous nous le dites vous mêmes, chers internautes, qui vous ne précipitez plus pour vous y rendre, car à chaque fois vous êtes tellement déçus !!! « C’est vous qui le dites ». Et qui reconnaissez que NOS élus ne font pas, loin s’en faut, que de la figuration et y participent de façon constructive. Et qu’ils ont bien du mérite !

A un Conseil Municipal à Cabestany, il est vrai que c’est toujours la même impression qui vous envahit. On se demande si les choses sont préparées à l’avance, si quelqu’un y a travaillé, si quelqu’un a des connaissances sur le sujet. Et pourquoi faire un ordre du jour ? On commence souvent par le dernier article pour finir par le premier escamoté en 5 secondes. Mais est ce vraiment si innocent ? Et qui nous parle d’heure de l’apéritif ? On se demande si on ne va pas nous éteindre les lumières. Quant à  la solennité que devrait avoir un tel rendez vous  : c’est toujours un grand moment de flottement, parfois poétique, parfois artistique, le plus souvent au ras des pâquerettes, mais on assiste toujours à ce qui ressemble à une grande impréparation.

Et pourtant il y a des commissions préparatoires en amont. Comme partout ailleurs. Et les commissions, on connaît leur importance et on sait de quoi il retourne pour y avoir participé en d’autres lieux, en d’autres temps. Les commissions c’est le cœur du débat, et la véritable et nécessaire préparation d’un Conseil Municipal. Mais pas à Cabestany visiblement.

NOS Conseillers de l’opposition participent assidûment à ces commissions. Et nous tiennent régulièrement informés de ce qui s’y dit. On les en remercie par ailleurs de chercher à informer le citoyen. Mais, hélas, on ne retrouve rien de ce qui s’est passé dans ces dites commissions le jour du Conseil. Pire, quand on lit le compte rendu d’un conseil, on se demande si on ne s’est pas trompé de jour !!!!

Cela se termine toujours de la même manière : quand le Grand Chef parle, tous les conseillers de sa majorité, qui ne savent pas de quoi il retourne, lèvent la main pour voter « oui » parfois avant même qu’il a posé la question. Parfois même quand il ne la pose pas…..  Ainsi va la démocratie à Cabestany.

Alors qu’une jeune Conseillère de la Majorité ait une idée, ce qui est déjà en soi un événement, et une bonne idée serait presque rafraîchissant. L’idée d’implanter des ruches à Cabestany. Une idée dont on regrette qu’elle n’ait pas davantage reçu d’approbation de la part de ses propres collègues. Mais nul n’est prophète en son pays. Une idée que la Droite avait dans ses cartons, suggérée par un apiculteur des Fenouillèdes, lors de la dernière campagne municipale. Et parce que l’on approuve que cette conseillère la concrétise, espérons pour elle qu’elle ne sera pas mise en quarantaine par le Politburo !

Dans un département où le bilan écologique est si dégradé : pesticides, métaux lourds, niveau des réserves en eau plus qu’insatisfaisant, et on vous fait grâce du reste, que l’on nous parle de biodiversité nous réjouit. Car ce n’est pas la lecture de l’Agenda 21 qui va nous réconcilier avec le sujet. On dirait qu’il a été écrit dans les années 50. Mais ceux qui l’ont écrit étaient sans doute déjà là dans les années 50… Alors tout s’explique.

Installer des ruches obéit à des règles, mais la loi le permet en milieu urbain : il faut les déclarer à la Direction des Services Vétérinaires, s’entourer de précautions, être assuré. Mais si c’est un professionnel qui s’en occupe tout sera fait comme il le faut. Et les abeilles c’est la vie, et pour les hommes : sa survie. Quand on sait qu’elles sont décimées dans nos cantons par, on le suppose, tous ces produits qu’on déverse pour que – c’est juste un exemple – les pommes que nous consommons ressemblent à des objets en plastique dignes de notre Centre de Sculpture.   Et les abeilles ne sont pas agressives pour l’homme comme le sont les guêpes, frelons, ou autres. Encore faut il expliquer aux jeunes enfants comment se comporter.

Je bénis mes compatriotes catalans, qui, peut être pas de gaieté de cœur, acceptent de voir des éoliennes dans notre si beau paysage. Mais cela valait mieux qu’une belle centrale nucléaire aux portes de Canohès ou à Salses. Et nous avons une centrale solaire.  Et bientôt les éoliennes seront dans la mer, au large, et même ensuite sous l’eau.

Je suis pour les circuits courts. Pour le bio. Pour la consommation de produits locaux. Je milite pour  la défense des bêtes d’abattoir (OABA). Pour réintroduire la biodiversité au coeur du débat. Et j’achète mes légumes à « La ruche qui dit oui », devant le Nell’s à Mas Guerido :        https://laruchequiditoui.fr/fr

Pour nous chez Blog-Cabestany, l’écologie n’est ni de Droite, ni de Gauche, et elle doit être dissociée de la politique politicienne.

Et si l’on nous parle de biodiversité en ces termes, j’achète !

-o-