Archive for février 2016

Conseil de la Communauté Perpignan Méditerranée du 29 février 2016

28 février 2016

Endroit et heure habituelle

  Cliquez sur les images ci-dessous pour agrandir

Conseil_de_Communauté 29 fév 16_page_001

Conseil_de_Communauté 29 fév 16_page_002

Conseil_de_Communauté 29 fév 16_page_003

Blog-Cabestany répond à ses internautes !

26 février 2016

pluralisme

NON, nous ne sommes pas jaloux que vous lisiez le Blog dénommé « Le Bourricot ». Nous le lisons aussi. Et nous vous conseillons de lire aussi les autres Blog locaux, de droite comme de gauche. La garantie du pluralisme de l’information.

https://lebourricot.wordpress.com/2016/02/26/jacques-cresta-ridiculise-chez-lui-a-cabestany-le-pauvre/

Mais copier-coller les autres Blogs ?  Les plagier ! Nous n’en sommes pas encore là ! Quand nos rédacteurs écrivent déjà – de temps à autres – pour d’autre Blogs, d’autres sites politiques dont certains ont une audience nationale infiniment supérieure à notre petit blog. Et ces mêmes rédacteurs sont d’ores et  déjà très sollicités,  pour participer à la rédaction de ce que tout vous allez devoir lire – ou pas – d’ici la primaire. Ils pourraient bientôt ne plus faire que cela…. s’ils se laissaient attirer par le chant des sirènes.

OUI, ce à quoi fait référence Le Bourricot est parfaitement exact mais il est toujours préférable de vérifier ce qu’on lit sur internet : il s’agit d’une question écrite par le Député Jacques Cresta au Ministre de l’Économie et parue au Journal Officiel du 19 janvier de cette année.

JO 19janv16_page424

Quant à répondre à votre question qui est de savoir s’il s’agit là d’une « posture » du Député Jacques Cresta, nous ne pouvons qu’écrire – par honnêteté – qu’il n’a pas varié dans ses déclarations et sa ligne politique depuis plusieurs années : du moins sur ce sujet. Mais il y a les paroles et il y a les actes. Monsieur le Maire de Cabestany nous rebat les oreilles depuis des siècles sur le fait qu’il est un ardent défenseur du commerce de proximité. A vous d’en juger. Surtout si vous avez lu l’Indép. (voir plus bas)

Et le Député Cresta a déjà écrit à plusieurs reprises, par le passé,  à la Mairie de Perpignan, comme à l’Agglo, dans les mêmes termes. Alors qu’il puisse avoir dans son collimateur le seul Maire de Cabestany est un autre débat.

Quant aux prises de position des uns et des autres, ce qui se passe dans la Majorité au Conseil Municipal de Cabestany n’est que gesticulations. A l’image de ce qui se passe au niveau national. Mais nous avons la chance d’avoir dans notre ville, une opposition crédible, et efficace, derrière Colette Appert.

Une opposition qui est vent debout contre ce projet. Et qui ne jubile pas comme certains à Cabestany à l’idée que cela pourrait faire baisser la valeur du bien de ceux qui n’ont plus que 20 ans de crédit à rembourser et qui vont dérouiller au niveau des impôts locaux. Car à Cabestany, on en est encore à la lutte des classes et à la dictature du prolétariat. Lorsque Monsieur le Maire dit en parlant de ses administrés – si on l’en croit ce qui est écrit dans l’Indép – « que le seul motif évoqué est que leur héritage sera dévalué » est une façon méprisante de s’adresser à nous. C’est intolérable. Cela vous a surpris ? Peut être comprendrez vous mieux maintenant ce qui anime  notre combat ? 

Une opposition qui s’insurge contre ce massacre organisé du commerce de proximité.

Une opposition qui avait entendu parler d’un nouveau projet, sans localisation précise, sinon qu’il pourrait être situé dans la zone de Mas Guerido V, ou ailleurs !? Et comme on s’en inquiétait, on s’était entendu expliquer : « il faut bien que les habitants des « Portes de la Mer » puissent descendre en pyjama acheter leur yaourt en bas de chez eux ». En pyjama ou en caleçon molletonné ?  Regardez la carte de Cabestany et calculez la distance. A moins ….. qu’il n’y ait encore un nouveau projet dans les cartons de la mairie.

A moins……  que la mairie ne soit entrée en guerre contre le « 8 à 8 » et les commerces du Moulinas et qu’elle ait décidée, comme elle l’a déjà réussi au delà de toutes ses espérances pour le centre ville, de faire de ce quartier un désert inhospitalier.

Et on a l’impression que Madame la Préfète a bien des raisons de se soucier de la façon dont Cabestany est gérée. Que dire des Cabestanyencs ?

Sur le problème de fond, il ne se passe pas de semaines sans que nous ramenions quelques provisions à des voisins âgés, peu mobiles, qui ne conduisent plus et qui se désolent d’habiter si près du centre du village mais si loin de tout et de ne plus y trouver des magasins pour faire leurs courses.

Des voisins charmants et sympathiques qui ne se cachent pas pour nous dire qu’ils ne voteront jamais pour nous ! Peu importe. A Cabestany la Droite Républicaine a des valeurs humanistes que bien d’autres pourraient nous envier. Et si la gouvernance lamentable de cette municipalité nous attriste, elle ne fait que renforcer notre combat pour défendre les Cabestanyencs de bonne volonté, ……..   quels qu’ils soient ! 

cliquez sur l’image pour l’agrandir

11ème supermarche

Bigard s’inspire t’il de Cabestany !

23 février 2016

« C’est vous qui le dites » ou plutôt : « c’est la question que vous posez à Blog-Cabestany ».

En nous envoyant une vidéo (2 minutes 52 secondes) que nous avons placé sur Youtube. Merci à vous. Quant à votre question : ce serait plutôt à vous d’y répondre !

A Cabestany, les citoyens interpellent la mairie sur leur sécurité !

21 février 2016

dr

Dans votre quotidien local on vous relatait qu’il y une dizaine de jour, Madame la Préfète,  accompagnée de représentants de nos institutions, s’était déplacée jusque dans notre cité pour y parler de sécurité. L’indép vous dévoile la teneur de l’une des réunions. Mais il se trouve que nous, nous en savons un peu plus sur cette visite. Le titre d’ailleurs de l’article est édifiant. Et Madame la Préfète a surement bien d’autres chats à fouetter que de devoir venir jusqu’à Cabestany pour remettre les pendules à l’heure !

prefete

On ne vous reparlera pas de ce qu’a été cette mascarade de réunion municipale, mercredi dernier, mais vos commentaires nous rassurent. Vous êtes nombreux à abonder dans notre sens. Faire partie de l’opposition ne veut pas dire qu’on a tort. Et vous nous encouragez à résister. Résistons !

Sur la sécurité, si on ne peut tout révéler,  on peut dire beaucoup de choses.

voleur-dans-un-masque-et-avec-l-39-argent

Il est certain que lorsqu’un Cabestanyenc interpelle, à une réunion, Monsieur le Maire pour lui dire qu’il a été cambriolé et que celui ci pour toute réponse lui dit qu’il a été lui même cambriolé trois fois, cela n’est pas de nature à faire retomber la pression.

Les Cabestanyencs nous le disent, nous l’écrivent, et le réécrivent : ils ne demandent par une police municipale équipée avec des pistolets 9mm parabellum.

Certains voudraient peut être voir un militaire avec un Famas devant chacune des portes de leur maison. D’autres ont peut être un véritable arsenal chez eux. Qu’il prennent bien garde de ne pas tirer sur le chien…. ou belle-maman.

Et nous,  nous vous conseillons plutôt des caméras miniatures (à partir de 50€) dont le champ ne déborde pas de votre cour ou de votre jardin (c’est la loi),  et des alarmes silencieuses (à partir de 100€) qui vous enverront un SMS sur votre portable et/ou un message vocal sur le téléphone fixe de votre voisin (4 correspondants). Un projecteur extérieur avec détecteur de présence coute : 8,95€. C’est très efficace. Ces gadgets, il faut les installer vous mêmes avec le mode d’emploi en anglais (ou en chinois), mais vous y arriverez.

Et puis nous n’avons pas attendu qu’on réinvente les Voisins Vigilants, une excellente organisation au demeurant qui travaille généralement en parfaite coopération avec la gendarmerie, à la condition de respecter certaines règles. On n’est pas au far west.  La citoyenneté de voisinage existe depuis un siècle, outre rhin, outre atlantique, et surtout outre manche où dans une ville comme Cabestany les anglais ne fermeraient pas leur maison à clef. Vous y risqueriez vous ? Ce n’était peut être pas jusqu’ici dans la culture française, et beaucoup de coincés du cervelet voient partout des atteintes à nos libertés, mais maintenant il s’agirait de s’y mettre. Et ça ne coûte rien !

Nos gendarmes n’ont pas un gros effectif à Cabestany, mais la situation s’est amélioré par rapport à l’époque où il n’y avait pas encore de gendarmerie dans notre ville et où il fallait les contacter à Perpignan.

On cambriole à Cabestany, …. comme à Perpignan ou à Canohés. Des chiffres on en a, contradictoires, car ils ne tiennent pas compte des tentatives d’effraction, parfois classées en bris de matériel ou autres, ou pas déclarées, mais seulement des intrusions établies suite à un dépôt de plainte. Car combien ont constaté des traces de tentative d’effraction sur leur portes, ont fait fuir un inconnu dans leur jardin, ou ont constaté seulement – si on peut dire – le vol d’un râteau dans leur casot pour lequel ils ne vont pas porter plainte. C’est aussi cela la réalité.

Vous êtes plusieurs à nous écrire pour nous dire que vous savez oû, à Cabestany, on peut acheter des sachets de romarin ou de sucre en poudre. On vous croit mais aux heures tardives que vous nous indiquez on est déjà au lit. On se couche – de bonne heure – comme les poules (pas avec). Mais vous dites aussi que ces lieux sont des endroits où l’on peut voir arriver une voiture de loin, et où il y a de multiples échappatoires. La gendarmerie n’enverra pas le GIGN pour appréhender un consommateur qui a juste sur lui de quoi se faire un pétard ou un bang. A côté de cette réalité, il y le secteur des enquêtes sur lequel l’administration judiciaire ou la gendarmerie n’ont pas pour habitude de communiquer.

Et pour revenir  à ces cambriolages, une ville comme Cabestany est complexe car il y a beaucoup de sentiers par derrière vos maisons. Dans la rue vous ne voyez rien mais derrière il y a peut être échelle posée sur votre mur arrière. L’un d’entre nous a récupéré une échelle puis un escabeau de cette manière (que personne n’est venu réclamer !), plus un vieux matelas qui était prévu pour enjamber ses fils de fer barbelés et encore du matériel (de quoi se mettre à son compte !). Et on cambriole quand vous êtes partis au boulot ou que vous êtes allés acheter du pain ou chercher vos gamins à l’école.

Rejeter l’idée d’installer des caméras de video protection est dogmatique, doctrinaire et condamnable.

Qu’on ne puisse mettre une personne jour et nuit pour visionner des écrans est une évidence.

En zone rurale, on connait des communes qui placent des caméras, indépendantes et autonomes,  hors réseau avec une simple carte mémoire,  qui peut enregistrer votre carrefour ou prendre votre rue en enfilade sans visualiser votre façade et ce n’est en rien une atteinte à vos libertés. Elle réécrira sur sa mémoire tous les trois jours. Dans votre rue, l’après midi, vous nous dites qu’il y passe peut être dix voitures au maximum. Huit sont des riverains, la 9ème est la poste, ou Darty, et la dixième vaut peut être que la gendarmerie s’y intéresse le lendemain si vous avez été cambriolé. Quand Google ne respecte pas cette confidentialité et vous permet de savoir que votre voisin derrière son mur a creusé une piscine ou changé de voiture.

Nous avons nos sources et savons que la plupart des individus arrêtés pour des cambriolages, dont des faits relatifs à Cabestany, résident en dehors de notre ville. Et n’ont pas cette chance que de pouvoir fréquenter la maison des quartiers !!!!   Mais ils avouent choisir des quartiers, à Cabestany, à Canet, ou ailleurs, où il n’y a pas de video surveillance, peu de chiens, pas beaucoup de passage, et des gens absents ou peu curieux. Et en tirent des informations qui les amèneront à repasser plusieurs fois au même endroit, là où ils ont fait une évaluation de la situation, plutôt que de se risquer dans un endroit où ils ne sont encore jamais venus ! L’explication d’un acharnement sur certaines rues, quand d’autres sont épargnées. Demandez à un inconnu dans votre rue si vous pouvez l’aider. Fixez son numéro d’immatriculation s’il est en voiture, sans pour autant le mémoriser. S’il n’avait rien à faire devant chez vous, vous ne le reverrez pas. Les conseils d’un gendarme en retraite qui a arrêté, par hasard – mais sans doute par flair – un ennemi public recherché depuis de longs mois par toutes les polices.

On connaît par cœur ce leitmotiv, que répètent en boucle, comme des perroquets, les élus de la gauche de la gauche, comme quoi, exercer une quelconque surveillance est une atteinte aux libertés, mais c’est surtout un prétexte pour ne rien faire. Et la délinquance ce serait de la faute de la crise, du capitalisme, de Sarko, et ils se rangent ainsi du côté des agresseurs plutôt que de celui des victimes. Cela porte un nom : le communisme.

Mais parce que les citoyens de tous bords le demandent, l’exigent, et quelques soient les moyens,  qu’il s’agisse de caméras ou de bien d’autres méthodes, il y a des améliorations faisables, à Cabestany. Madame la Préfète – elle même – ne nous lit surement pas mais elle ne nous démentirait pas !!!!!   Et si les citoyens qui ne sont sans doute pas tous de droite se tournent vers nous, c’est que la mairie ne répond pas à leurs attentes.

L’opposition municipale, incarnée par la Droite Républicaine, ne se démobilisera jamais sur ce problème tant qu’elle estimera que la mairie ne remplit pas ses obligations vis à vis de ses administrés.

Et pour joindre Colette Appert, ou nos élus, vous savez que passer par nous est un bon canal, même si ce n’est pas le seul !

 » Au théatre ce soir  » …… à Cabestany !

18 février 2016

cabestany

Chargée d’aller écouter Monsieur le Maire, hier soir au Centre Culturel, je m’apprête à prendre ma voiture sur le parking quand Karine, ma voisine de palier,  me propose de m’emmener dans la sienne et nous voilà toutes les deux parties pour une soirée mémorable.

Le parking du Centre Culturel est à peu près vide, et on se demande si on ne s’est pas trompé de jour, mais dans la salle,  il a déjà une vingtaine ou plus de conseillers municipaux, retranchés derrière des tables, face au public, prêts à défendre Fort Alamo. Bouh ! Ça fait peur !

On nous demande de nous asseoir aux premiers rangs ce dont j’ai horreur, mais Karine m’entraîne et me voilà coincée entre elle, et une charmante mamie, sans doute septuagénaire, venue avec son mari qui en parait peut être dix de plus. Je ne connais pas ce couple adorable de gens âgés mais je les appellerai Fernande et Marcel, en pensant à des êtres qui m’étaient chers.

Fernande m’attrape la main : « quel grand malheur dit elle ». Je me dis que j’ai peut être raté quelque info à la télé mais Fernande me dit : « quel grand malheur que la disparition de l’épicerie au centre du village, remplacée par un marchand de journaux et cigarettes » .

C’est vrai qu’en un quart de siècle la municipalité n’aura pas été foutue d’organiser un centre ville comme partout ailleurs avec des commerces de proximité et si tu veux un paquet de coquillettes à Cabestany, surnommée la ville dortoir de Perpignan, t’es obligée de prendre ta bagnole et de dépenser peut être plus d’argent dans l’essence que dans le prix des nouilles !

Mais la réunion commence. Y a t’il plus de cinquante personnes dans la salle ? Monsieur le Maire nous explique de façon alambiquée que sur les mil.., enfin les centaines de questionnaires reçus, 70% des Cabestanyencs trouvent « qu’ils ne payent pas assez d’impôts ». Ai je bien compris ??????  « 70% « ajoute t’il qui est le nombre (comme par hasard) des gens qui votent pour lui. Et on comprend mieux où il a été péché ce chiffre car 99,9% aurait paru quand même bizarre. Sauf que les abstentionnistes sont plus nombreux que les votants à Cabestany, et c’est pas 70% des gens qui votent pour lui mais à peine la moitié. Et s’il y a vraiment 70% de citoyens ahuris qui aiment se faire fouetter à Cabestany, c’est moi qu’il faut enfermer.

Et même ! kon nous dit qu’il y a « ceusses » qui voudrait en payer PLUS ! PLUS ! pour avoir la piscine à la Germanor. Pour quoi faire ?  Quand il pleut je traverse la route et je peux me baigner à Sainte Camille.

Fernande m’arrache le coude et me dit : « des impots, nous on n’en paye pas ». Et quelqu’un derrière moi reprend « moi non plus ». Je me dis que si en plus on demande à des gens qui ne payent pas d’impôts s’ il sont pour ou contre une augmentation c’est comme demander à un cul de jatte où il fait ressemeler ses chaussures. Passons.

On se retourne. Une grande femme, élancée, élégante, le micro en main dit : « je ne suis pas d’accord ». « Pourquoi devrai t’on payer toujours plus d’impôts dans cette ville ? » Et là je perds le fil car Monsieur le Maire lui parle de « mes nards » ou « mainnart ». Je ne comprends plus. Fernande m’arrache l’épaule : « tu la connais ? c’est la facho !». « Ici on n’est pas à Béziers ». Je commence à comprendre ! Monsieur le Maire parle sûrement de Robert Ménard le maire de Béziers et on ne voit pas du tout le rapport avec sa question. Cette dame aurait elle de mauvaises fréquentations ? Il faut que je me renseigne. Elle se rassied et se tait de façon définitive :  je suis déçue. Quel dommage qu’elle n’engage pas la discussion ! Cela aura été le seul moment intéressant de la soirée. Bien trop bref.

Puis un Monsieur dit qu’en 2015, il a été cambriolé. Que cinq de ses voisins ont été cambriolés. Qu’en quelques années, c’est toute la rue qui a été cambriolée !!! Moi, quand je ne travaille pas l’après midi,  je me demande toujours ce que font ces individus qui semblent errer dans les rues sans motif apparent. Des touristes qui cherchent la Germanor ? Et plusieurs de mes voisins ont aussi été cambriolés. Monsieur le Maire répond que lui a été cambriolé TROIS fois. J’ai tout compris. A Cabestany, si t’as pas été cambriolé TROIS fois tu la ramènes pas ! Et c’est les voleurs qui sont les victimes s’entend t’on expliquer. La faute à la crise, au chômage, à la pauvreté. Fernande dit « et à la droite . Nous on a un fusil chargé au rez de chaussée et au autre au premier étage ». J’irai pas boire le thé chez mes nouveaux amis, car si je leur dis que je suis de droite  je risque peut être de prendre du 12 dans la fesse droite. Et Karine en rajoute «et c’est aussi la faute au réchauffement climatique ». On pouffe de rire mais on nous fait les gros yeux. Monsieur le Maire nous parle de voisins vigilants et de milices sans que je comprenne bien si y il voit un rapport. Mon « ex » quand on partait en vacances, coinçait une grenade dans la porte du garage. J’avais la trouille. J’aurais préféré m’en remettre aux voisins vigilants. Quand à mettre des « caméras », ce seul mot donne de l’urticaire à Monsieur le Maire.

Puis un Monsieur dit qu’en arrivant à Cabestany il y a quinze ans, il payait moitié moins d’impôts qu’aujourd’hui et s’interroge sur cette « pseudo » modération dont on nous bassine sans relâche comme si c’était la vérité pour nous laver le cerveau. Mais Monsieur le Maire a réponse à tout : c’est pas les impôts qui ont augmenté c’est la base de calcul qui a changé ». C’est clair, non ? J’ai pas tout compris ! Fernande dit en parlant du monsieur qui a pris la parole « LUI il devrait payer le double d’impôts ». Je lui demande qui c’est LUI. Elle réponds :  « Je n’en sais rien mais il ressemble à mon dentiste ». Là je m’étouffe. Mais c’est dans la tonalité de cette soirée et j’ai bien envie de partir.

Pour finir, une dame s’inquiète qu’on pourrait bien lui installer une station d’essence sous son balcon. Monsieur le Maire lui demande simplement si c’est l’odeur du gaz oil qui la dérange ou le fait que sa maison puisse perdre de la valeur. L’assistance exulte ! Encore une « riche » qui aurait du rester chez elle. Monsieur le Maire dit que s’il y a une station d’essence c’est qu’il y aura une supérette juste à côté. Dans un terrain vague. Et se garde bien de polémiquer. Et c’est Marcel qui nous sort qu’au lieu de construire des supérette là où il n’y a personne, on ferait mieux d’en mettre là où il y a des gens qui habitent ! Un sketch pour Anne Roumanoff.

Je vais m’arrêter là avant que vous ne pensiez que j’invente car si la réalité peut dépasser parfois la fiction je risque de n’être plus crédible.

Tout semble avoir été dit. Des spectateurs que la mairie a sans doute été cherché en bus pour faire la claque. Un discours de la mairie incompréhensible, mais bien préparé et appris par cœur, avec les vingt conseillers qui hochent la tête. Ils n’ont sans doute rien compris mais ils sont d’accord ! Du grand art pour nous enfumer. Des impôts, on a bien failli ne pas en parler alors qu’on était venu pour cela. Mais si on n’a pas compris hier soir qu’on nous prenait pour des couillons ?

on est bien à Cabestany !

on est bien à Cabestany !

Quelle Europe voulons nous…. à Cabestany ? « Maxime » nous parle du « visionnaire méprisé »!

17 février 2016

Chez Blog-Cabestany, il y a – a minima –  deux rédactrices « L.R. ». Mais pas que ! L’un de nos rédacteurs se revendique de l’U.D.I., et un autre ex-C.N.I. de Philippe de Villiers, deux mondes éloignés mais peut être pas autant que cela ! Il y a également le gaulliste de service (ce n’est en rien péjoratif) qui se trouve être l’intermédiaire entre nous et « Gersende » ou « Électron Libre » et d’autres….. qui écrivent pour nous sur commande selon leurs disponibilités (Merci à eux).  Ce rédacteur qui se réclame des « gaullistes historiques » et appartient aux instances d’un très modeste mouvement politique, indépendant de tous les grands partis,  écrit moins souvent dans nos colonnes, mais beaucoup plus sur  d’autres sites, d’autres Blogs, et divers forums et il détient l’autorisation de reproduction d’articles comme – par exemple – ceux de « Maxime ».

Maxime Tandonnet dont on suit le blog : https://maximetandonnet.wordpress.com/

mais dont on retrouve également les tribunes comme dans « Le Figaro » :

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/15/31001-20160215ARTFIG00088-primaire-de-la-droite-et-du-centre-o-est-passee-la-ligne-seguin.php

et qui nous parle d’une certaine vision de l’Europe, une Europe sociale mais aux antipodes du socialisme,  qui est propre à certains gaullistes et était incarnée par Philippe Seguin. Selon une doctrine qui voulait qu’il fallait commencer par produire des richesses avant de penser à les redistribuer et pas l’inverse. Mais qu’il fallait tout mettre en oeuvre pour y réussir. Et surement pas, comme la gauche y excelle, pratiquer des politiques confiscatoires et de l’assistanat. Car même celui qui reçoit, et tant mieux pour lui,  devient un aigri et a l’impression qu’on attente à sa dignité d’homme. Il finira par mordre la main de son donateur qui ne comprendra pas. Car « l’homme n’est pas un chien » (proverbe chinois). Et « seul l’esclave dit toujours oui ! » (André Malraux).

Philippe Seguin

Philippe Seguin

La Tribune de « Maxime » dans le Figaro

La vie des Républicains, au vu du conseil national des 12 et 13 février est en apparence marquée par un clivage idéologique. La tendance dominante serait à la «droitisation» incarnée par le discours du Président Sarkozy ou de ses proches qui la revendiquent. Ainsi, Laurent Wauquiez a proclamé, «nous sommes de droite». Jean-François Copé, ayant annoncé sa candidature à la primaire, se rattache à ce courant. En face, l’autre camp, minoritaire dans le parti, qui s’est exprimé par la voix de Jean-Pierre Raffarin, dénonce une dérive exagérément «clivante» et préconise une ligne plus consensuelle. Cette sensibilité, incarnée par Alain Juppé, a en revanche pris l’ascendant dans l’opinion publique. Le paradoxe est évident. Les sondages montrent une France en quête d’autorité, de valeurs traditionnelles et de conservatisme. Mais en même temps, ils sont en faveur de l’apaisement et de l’unité. L’opinion publique est un phénomène complexe et contradictoire…

Mais le fond du problème, c’est qu’au-delà des nuances affichées ces derniers temps, les candidats déclarés ou probables aux primaires de novembre sont tous sur une sensibilité voisine. Ils ont participé ou ont été étroitement associés au gouvernement de François Fillon. Ce dernier a été Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq ans. Aujourd’hui, chacun avance son petit projet concocté dans un coin. Mais fondamentalement, tous adhèrent à la même philosophie politique. Leurs propositions touchent à la surface des choses: niveaux des impôts, nombre de fonctionnaires. Ils ne développent aucune réflexion de fond sur l’Etat, l’Europe, la société française. Ils se reconnaissent dans le système politique et social qui prévaut aujourd’hui. Leur logique est identique: elle est celle de la réforme en surface, et non de la transformation profonde.

  Aucun d’eux ne pose la question fondamentale de l’Europe. Philippe Séguin, lors du débat de Maastricht, en visionnaire, avait dénoncé l’engrenage bureaucratique qui s’est mis en place contre les peuples et les Nations.

Le continent européen, déchiré, a certes besoin d’une unité, d’une volonté commune, d’une synergie politique entre ses gouvernements et ses peuples pour faire face aux périls de la guerre, du terrorisme, du chaos migratoire. L’Europe des Etats, telle que la voulaient de Gaulle et Séguin, s’impose aujourd’hui comme une nécessité vitale pour le continent. Or, bien au contraire, ce dernier s’enfonce dans la désintégration tout en s’abandonnant à la bureaucratie bruxelloise, la prolifération des règlements et des jurisprudences. Qui en parle? Personne parmi les candidats aux primaires.

Sur les institutions de la République, la France politique est prise dans une fuite en avant hystérique autour de la conquête de l’Elysée au point d’en perdre tout sens du bien commun. L’exercice du pouvoir, le service de l’intérêt général, le sens du gouvernement, sont à réinventer en profondeur, de manière radicale. La fracture entre la majorité silencieuse et les élites politiques qui donnent le sentiment de vivre en circuit fermé et de se replier sur leurs avantages, ambitions et intérêts personnels, atteint un niveau vertigineux. Sur cette question, celle du renouvellement de la classe dirigeante et de la démocratie réelle, l’aveuglement est à peu près total.

Enfin, le sujet fondamental est celui de l’échec de tous les gouvernements, de toutes les majorités, depuis quarante ans dans la lutte contre le chômage, l’insécurité, la désintégration sociale, quelles que soient les recettes utilisées. L’impuissance publique: qui ose l’invoquer? La souveraineté nationale est plus que jamais un mot tabou. Comment gouverner, comment décider, reconquérir des marges de manœuvre pour les parlements et gouvernements nationaux dans le contexte de la mondialisation? Que reste-t-il de la démocratie, le pouvoir du peuple? Ces sujets passionnaient Philippe Séguin. Ils ne concernent plus les Républicains, qui sont tous sur la même ligne de déni face à ces grandes questions fondamentales. Les candidats aux primaires sont dans une logique d’incantation.

Il ne suffit pas de proclamer que la France est «d’origine chrétienne» ou que «nous sommes de droite!» pour manifester une volonté de gouverner.

La pratique des coups de menton et petites phrases polémiques, comme masques de l’impuissance, présente ou à venir, est exactement la même que celle du pouvoir socialiste actuel.
Abandonner ces différentes questions autour de la Nation, de la souveraineté nationale, de la démocratie, de l’efficacité de la politique, de la transformation profonde de l’Europe, aux partis extrémistes de droite comme de gauche, est une manière d’en faire des tabous. La grande comédie des primaires, pour occulter le vide sidéral de la pensée politique, n’y changera rien. Gagner le pouvoir dans ces conditions est la certitude d’un échec et d’une déception en 2017-2022, une fois de plus, qui ouvrirait cette fois-ci, peut-être, la porte vers l’aventure extrémiste et l’abîme.

Signé : Maxime Tandonnet

et pour en savoir plus sur Philippe Séguin

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_S%C3%A9guin

-o-

« Augmenter les impôts est le courage des nuls » dit Bastien à Cabestany !

14 février 2016

le courrier des lecteurs, dans la rubrique : « c’est vous qui le dites »

c'est à l'affiche le 17 février au Centre Culturel

« ridi Paggliaccio » :  à l’affiche le 17 février au Centre Culturel ?  dites vous !

Il est des périodes où on a l’impression que vous avez oublié que notre Blog existe (ça nous repose mais on s’en inquiète toujours  un peu) et il en est d’autres où vous vous défoulez : mais à quoi servirions nous, si ce n’était pour faire entendre le point de vue des Cabestanyencs qu’on marginalise.

Car que ce soit au plan national, régional ou communal, si vous n’êtes pas d’accord avec « la voix de son maître » vous voilà catalogué, mis au ban, et c’est tout juste si on ne demanderait pas votre « déchéance » dans un environnement sectaire, doctrinaire, intolérant qui frise l’hystérie collective mais nous renforce dans notre combat politique.

Ce n’est pourtant  que  l’expression de la démocratie ou la liberté d’expression, que d’essayer de relayer votre voix quand l’un d’entre vous nous promet – anonymement – des lendemains à la « Charlie Hebdo ». C’est à dire ? Il faudrait qu’il nous le précise. S’il le sait lui même. Pauvre France.

Vous nous avez écrit abondamment concernant l’élection interne de «  l’UMP « pour reprendre votre expression ». Car plusieurs d’entre vous n’ont pas réellement intégré que ce parti avait changé de nom. Ils imaginent que « L.R. » ou « Les Républicains » n’est que le nom de la fraction des Sarkozystes au sein de l’UMP . Un parti dans un autre parti en quelque sorte ? Il est de fait que nombreux sont les politiques à créer leur micro-parti. Mais il y a encore du boulot à faire en matière de communication.

Et quant au fait qu’on ait pas davantage commenté les résultats de cette élection interne, nous pensions que vous aviez déjà compris que Blog-Cabestany n’est pas la courroie de transmission d’un mouvement ou d’un parti. Nous défendons des valeurs et des idées. Mais il est de fait que nous sommes en parfaite osmose avec Colette Appert et nos élus, que nous soutenons sans réserves. Et ils le méritent bien.

Et n’imaginez surtout  pas que l’on va prendre une part active dans la primaire de la Droite, quand vous nous demandez si on a lu le livre de S.., F.., et des autres et ce qu’on en pense !

Vous avez trouvé indigente, nulle, digne du bonnet d’âne, la prestation de la ministre du travail qui ne connaît pas ses dossiers, qui débite des phrases sans les comprendre, incapable de répondre lorsqu’on lui demande comment les nouvelles mesures récemment décrétées par le gouvernement vont interférer – ou non – avec le pacte de solidarité, de compétitivité…..  Zéro pointé. Comment encore avoir la moindre crédibilité dans un gouvernement qui recrute des bons joueurs mais plus encore de médiocres. Et le sieur Fabius étant parti jouer ailleurs, on a fait monter des joueurs de l’équipe « C » comme si on n’avait plus personne en réserve. Une fin de règne pathétique.   N’est ce pas plutôt l’entraîneur qu’il faudrait commencer par changer.

Vous nous avez écrit concernant la visite de Castro (le frère) à l’Élysée, l’un d’entre vous demandant si notre Président, sur le perron,  avait mis son tee-shirt à l’effigie du psychopathe, fou, et sanguinaire, qu’était Che Guevara et que trop d’abrutis arborent dans nos rues.

Et pour la Dame Taubira, vous dites : « Quelle est la définition de la déchéance sinon l’image qu’elle nous donne d’elle même ! » Bien vu.

Mais vous êtes nombreux à être en colère, très en colère depuis que vous avez lu le dernier Cabes’Infos.

« Bastien écrit » :

«  » Boycottons cette bouffonnerie qu’on nous prépare pour le 17 février. Ainsi il se dit que Monsieur le Maire aurait choisi de nous jouer une représentation de «Paggliaci » en s’attribuant le rôle principal, celui de Paillasse,  qui pourrait bien nous prendre à témoin, en larmoyant comme dans l’opéra,  de son incapacité à gérer notre commune. Pour mieux nous endormir… ou nous faire pleurer. Une pantomine à laquelle j’espère que la droite ne va pas assister ou participer. Espérant que personne ne veuille reprendre le rôle de Colombine. Cette municipalité est comme la cigale et nous sommes les fourmis. ça suffit !! Avec mon épouse nous sommes bien obligés de nous débrouiller avec le budget dont nous disposons. Et récemment lorsque mes ressources ont baissé, on a fait avec. Quelle honte que ces élus incompétents et incapables de gérer qui ne savent que recourir à plus d’impôts sans vergogne. ……………………..
AUGMENTER LES IMPÔTS EST LE COURAGE DES NULS, DE CEUX QUI SE DÉGONFLENT DEVANT L’OBSTACLE, DES INCOMPÉTENTS QUI FUIENT LEURS RESPONSABILITÉS ! QUELLE DÉMONSTRATION DE LEUR INCAPACITÉ !

POSTMASTER : « Bastien » vous ne faîtes pas dans la dentelle….. et pour des raisons d’éthique on a supprimé de votre texte toute allusion au « Concordia » mais gardé l’opéra de Ruggero Leoncavallo.  Car on aime. Nous sommes par contre moins surs que tout le monde comprenne vos références musicales pour nous expliquer la politique à Cabestany !  Et merci pour ce lien Youtube inconnu.

Selon nous, la politique de la chaise vide n’est pas la meilleure option pour traiter des problèmes. Et nos Conseillers Municipaux sont assez grands pour élaborer la stratégie qui convient. Mais ils prendront connaissance de votre opinion. Comme  de tout, ce que tous,  vous nous écrivez.

Pour apporter une précision concernant le sondage que nos élus ont fait cet été et auquel nous avons participé, un sondage fait en toute impartialité, il a été comptabilisé ceux qui n’avaient pas d’opinion et donc ne se prononçaient par : NSP (qui veut dire : Ne Sait Pas). Mais seulement quand les sondés  avaient accepté de nous répondre, respectant la règle du jeu.

Non, il n’a pas été comptabilisé ceux qui refusaient de répondre, de dialoguer, nous lançant – de loin –  :« une augmentation d’impôts ? On n’en à rien à foutre. Nous les impôts on en paye pas. »  Car c’est cela aussi Cabestany !

Il y a  parmi vous des braillards arrogants (qu’on espère une minorité)  qui vous font sentir qu’ils vous méprisent si vous faites partie de ceux qui payent des impôts (à moins que ce ne soit cela le communisme ?) et ne se gênent pas pour vous envoyer à la figure qu’ils votent et exigent toujours plus de la municipalité puisque, à eux,  cela ne leur coute rien et qu’ils adorent faire payer les « riches ».  Et dont le maire est l’otage politique, mais est ce vraiment à l’insu de son plein gré (!?). C’est la triste situation à Cabestany où ce sont ceux qui ne payent rien qui sont le plus souvent entendus. Clientélisme oblige ! Tandis que ceux qui payent ne sont pas souvent écoutés et – cela y ressemble souvent –  méprisés par la municipalité.

Alors on comprend aisément la réaction de Bastien. Mais tous ceux d’entre vous qui se sont déplacés aux urnes en 2014 pour y mettre un bulletin au nom de nos conseillers d’opposition doivent être assurés que ceux ci les représentent aujourd’hui  avec le même engagement, la même ardeur qu’au lendemain des élections. Et ils le feront sans faiblesse jusqu’à la fin de leur mandat.

Ordre du jour du Conseil Municipal de mardi, le 16 février, à Cabestany !

12 février 2016

Une réunion du Conseil municipal aura lieu dans la Salle du Conseil municipal le mardi 16 février 2016 à 18H30.

          Affaire n°01 : Débat d’Orientation Budgétaire 2016.

          Affaire n°02 : Subvention 2016 au CCAS

         Affaire n°03 : Ouverture anticipée des crédits au budget primitif 2016 de la commune.

Affaire n°04 : Ouverture anticipée des crédits au budget primitif 2016 du budget les Hauts du Moulinas.

Affaire n°05 : Révision des seuils des directives européennes sur les marchés publics. Modification du règlement intérieur.

Affaire n°06 : Prorogation de la zone d’aménagement différée (ZAD) de la commune de Cabestany.

Affaire n°07 : Avenant à la convention d’objectifs et de financement Contrat enfance-jeunesse

Affaire n°08 : Demande d’adhésion au SIST PERPIGNAN MEDITERRANEE

Affaire n°09 : Convention entre le SIST PERPIGNAN MEDITERRANEE et la Commune

Affaire n°10 : Installation d’une station de fécondation dans un écotype local urbain et périurbain pour la production de reines d’abeilles et mise en place de ruches pédagogiques pour la sensibilisation à la biodiversité : Approbation d’une convention.

Affaire n°11 : Approbation des annexes financières de la convention de gestion avec la Communauté Urbaine (à compter de 2016) portant évaluation des charges transférées.

Bilan des marchés publics 2015.

Informations.

Décisions.

Cabestany, le 10 février 2016.

 

Une conférence à ne pas rater ! C’est à Cabestany.

10 février 2016

Conférence Opérations Armée Française 2015 - 2016_page_001

Notre ami Jean Michel SERVE anime une conférence vendredi 12 février 2016 à 19 h 00, qui s’intitule :

OPÉRATIONS EXTÉRIEURES ET INTÉRIEURES DE L’ARMÉE FRANÇAISE EN 2015 ET 2016

Cela se passe dans la Salle Barboteu, à Cabestany, et elle ouverte à tous !

Un événement à ne pas manquer.

« K baise t’Annie », ….. labes bono ? Chouya !

5 février 2016

                                                                          collège                                                                                                                          

  La réforme de l’orthographe :

La dernière idée la plus lamentable, la plus pitoyable, la plus extravagante de la sinistre de l’Éducation Nationale (de la Raie Publique)

Cabestany pourra désormais s’appeler « K baise t’Annie », dit l’une de nos concitoyennes qui se dit effarée.

Elle aura appris le français, l’orthographe et la grammaire à trois générations de petits Cabestanyencs à Pablo Casals, (et peut être à vous qui nous lisez),  fait des dictées, enseigné sans compter ses heures de rattrapage scolaire auprès d’élèves en difficulté,  pour découvrir cette réforme d’abrutis. Je suis écœurée. On le serait à moins.

Si ce n’est pas du nivellement par le bas ? Si ce n’est pas du mépris vis à vis des enseignants ? Si ce n’est pas rabaisser la langue française ?

J’ai envie de déchirer ma carte d’électeur, dit elle.

NOM, cil vou plé, nan fêtes rien !

-o-

Vos élus de la Droite Républicaine communiquent !

4 février 2016

conseillers

Nos élus auront déjà eu l’occasion de présenter leurs voeux aux Cabestanyencs, dès le 1er janvier, via ce blog ou de bien d’autres manières mais nous avons reproduit leur tribune qui apparaitra dans le prochain numéro du Cabes’Info de la municipalité.

Colette APPERT, Patrick SPERRING, Lydie ROGER et Philippe GLEIZES, du groupe de la Droite Républicaine vous souhaitent à tous une excellente année 2016. Nous espérons que cette nouvelle année qui démarre sera moins douloureuse que celle qui vient de se terminer.

Nous avons assisté lors des élections de 2015 à une brève histoire d’amour entre les forces de gauche, surement l’idylle la plus courte de l’histoire afin de conserver leurs fauteuils dorés.

Bienvenue à l’année 2016, une année sans élections nationales ou locales. Nous espérons que cette année sera une année de travail pour tous les élus dans l’intérêt de tous nos concitoyens. Nous sommes loin de ces magouilles politiciennes et au-delà de notre étiquette nos décisions ne se font que pour un seul parti : CABESTANY.  Il suffit pour cela tout simplement de se retrousser les manches, tirer les conclusions des analyses faites et entendre le message sorti des urnes. Notre vœu le plus cher c’est qu’enfin les élus comprennent que chaque Euro gaspillé est un Euro détourné de sa destination à savoir le bien public car celui-ci est issu de notre porte- monnaie.

A Cabestany plane la décision d’augmenter pour la deuxième année consécutive les taux de 5 %. A nos yeux ce n’est pas la solution. Cette course en avant est néfaste pour le devenir de notre commune. Certes les dotations de l’État vont continuer à diminuer de plus belle, mais nous sommes convaincus que VOUS Cabestanyencs, vous avez des idées et des solutions exploitables pour que les économies soient réelles. Nous savons que de nombreuses pistes existent. Il suffit d’avoir le courage politique de les prendre. L’avenir de nos enfants en dépend.

(et encore)
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016 A TOUS.

signé : Colette APPERT

Rien ne va plus, à Cabestany ! Le Zika plane déjà sur la mairie ?

3 février 2016
"c'est dans l'Indép"

« c’est dans l’Indép »

Dans l’Indép, on pouvait lire aujourd’hui sous la plume de Frédérique Michalak

«  » Le Sydetom répond  : Lors de ce même conseil, le vice-président Robert Vila a interpellé le maire PC de Cabestany Jean Vila sur son «incohérence» de position sur des augmentations de taxes de traitement d’ordures ménagères (notre édition d’hier). Le président du Sydetom, Fernand Roig veut préciser : «Au-delà de toute politique politicienne, le Sydetom66 étant un syndicat départemental, je tenais à stipuler que le coût du traitement des ordures ménagères (de la CU) n’a pas augmenté mais considérablement diminué.
En effet, le prix à la tonne incinérée, qui constitue la seule recette du Sydetom, est passé de 151 euros en 2011 à 132 euros en 2015, ce qui représente pour (la CU) un coût total pour le traitement de 13977 € en 2011 contre 12196 € en 2015, soit une économie de 12,75%. Si certains élus ont des problèmes à régler avec leurs collègues qu’ils aillent sur un autre terrain.» «  » »
F. Michalak

Postmaster : Le système Vila (le nôtre) a du plomb dans l’aile à moins que ne soit déjà les effets du Zika ? On va encore alourdir les dépenses en jetant le Cabes’Infos dans la poubelle jaune. Mais cela vaut il vraiment la peine de continuer à imprimer cette revue qui ne nous apporte rien et par conséquent ne sert à rien, sauf à nous désinformer et travestir la vérité, quand une simple page suffirait amplement ?

Les zones humides maintiennent notre planète vivante et saine !

3 février 2016

Et de Leucate à Saint Cyprien, nous vivons dans l’une de ces zones humides.

Du 30 janvier au 7 février 2016 ont lieu les Journées Mondiales des Zones Humides (JMZH). Pour la 12ème année consécutive en Méditerranée, tous les acteurs des zones humides se mobilisent pour faire découvrir aux petits comme aux grands les richesses des lagunes, des marais littoraux, des cours d’eau…

Retrouvez toutes les animations autour du thème « les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables » dans leur programme pour la Méditerranée !
http://www.pole-lagunes.org/actualites/infos-des-lagunes/dernieres-actus/programme-des-journees-mondiales-des-zones-humides-2016

Zones Humides

et lisez ou téléchargez leur PDF suivant :

Zones Humides 2016

et enfin vous avez l’opportunité d’assister à  la Conférence – ouverte à tous – ayant pour thème : « l’étang de Leucate et les zones humides de notre littoral », organisée vendredi, le 5 février, de 18 h oo à 21 h 00 dans l’auditorium de CREM au Barcarès. Il y sera projeté un film. Et les spectateurs pourront poser des questions ou dialoguer avec les organisateurs à l’issue de la conférence.

http://rivage-salses-leucate.fr

AVIS : ces informations nous ont été communiquées par des citoyens locaux que nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer,  défenseurs de l’écologie, apolitiques,  qui nous demandent de préciser qu’ils n’ont rien à voir avec un certain parti politique du même nom, dont l’inaction,  et l’inefficacité frisent des sommets inégalables dans notre département des PO en ce qui concerne les problèmes d’environnement. Au point de l’interpréter, toujours selon eux, comme plus que de la complaisance. « c’est vous qui le dites ». Mais le parti dont vous parlez semble en effet être en train de sombrer pour ne s’occuper plus que de politique, à la gauche de la gauche, et avoir abandonné la défense des territoires où nous faisons naitre nos enfants.

Si vous avez raté le JT sur FR3 Catalan, ce soir lundi : Élection de François Lietta !

2 février 2016

Les images de l’élection interne du parti « Les Républicains », ce soir lundi 1er février 2016 au JT de 19 h 20  sur FR3 supplément Perpignan. Cela se déroulait samedi dernier 30 janvier au Palais des Expos. Pour ceux qui n’auraient pas regardé la télé ce soir. Pour le son, vous pouvez toujours faire une réclamation à Youtube ou vous cotiser pour qu’on rénove notre matos ! Amitiés à tous, à Maïté, à Colette et à tous les autres. Et bravo à François.

Prochain Conseil Municipal mardi 16 février à Cabestany !

1 février 2016

A 18 heures 30