Jean Vila jette un pavé dans la mare……….. à Cabestany !

by
illustration Blog-Cabestany

illustration Blog-Cabestany

Dans le dernier numéro d’avril 2015 du Cabes’ infos, notre maire, Jean Vila écrit : « la mise en place dès janvier 2016 d’une communauté urbaine menace l’autonomie de notre commune »

Montage Blog-Cabestany

Montage Blog-Cabestany

D’où un nombre conséquent de mails reçus à Blog-Cabestany de la part de citoyens inquiets. Pour dire : « Monsieur le Maire en dit trop…. ou alors pas assez . On compte sur vous pour en savoir un peu plus. »

C’est quoi la différence entre une agglo et une communauté ?

C’est comme l’Europe. Aujourd’hui, la France, l’Allemagne, l’Espagne et d’autres pays formons une sorte d’agglo. Nous décidons de nos lois, même si on les calque – volontairement – sur ce que nous demande de faire Bruxelles. Mais nos pays restent souverains. Imaginons que demain Bruxelles dirige nos pays : nous serions une sorte de communauté de pays. Perdant notre souveraineté.

Dans une communauté urbaine, les élus municipaux perdront sans doute une partie de leur autonomie ? Est ce tellement catastrophique ?

Pourquoi cette inflexion ? Dans la mondialisation que nous subissons, mieux vaut être fort. L’Europe est plus forte que si nous en étions encore chacun avec notre franc, notre peseta, nos règles douanières.
Mais sans être euro-sceptiques, reconnaissons aussi que l’espace Schengen, séduisant sur le papier, est en pratique un vaste « merdier ». Qui pourrait bien faire capoter un jour l’Europe face au manque de courage de nos politiques. Un laxisme sanctionné par le vote extrémiste. Exigeons de nos partis politiques qu’ils fassent leur boulot pour que cela change plutôt que d’aller voter pour le FN ou le PC qui veulent nous ramener au franc ou nous convertir au rouble.

Le président actuel de l’agglo souhaite que nous formions autour de Perpignan (et sans doute plus encore) une entité économique forte, dynamique, qui défende l’emploi, capable de faire face à la concurrence de Montpellier ou Toulouse. Cela est frappé du bon sens.

Cela veut il dire que demain toutes les communes qui ne sont pas dans l’agglo vont se rallier à un projet collectif ? Quand Cabestany, aujourd’hui, ne rêve que de se carapater et quitter l’agglo. La France avec ses 36 000 communes n’a rien compris quand des pays comme l’Allemagne ou l’Angleterre n’en ont que 12 000 et fonctionnent sans cet empilement de communes, d’agglo, de départements. Et où l’on ne permet pas aux élus d’ajuster les impôts en fonction de leurs démesures, mais où on leur demande au contraire de gérer au mieux en fonction des ressources existantes. Mais en France, le citoyen adore se faire plumer sans rien dire et en redemande. Il suffit de regarder le budget 2015 à Cabestany. Pourquoi se gêner !?

Oui, Jean Vila en a dit trop ou pas assez. C’est sûrement calculé. On en saura sans doute plus bientôt. On l’espère.  Souvenons nous que l’ancien Président n’avait pas trouvé le temps de se déplacer pour nous expliquer notre entrée dans son agglo. Son proche entourage nous avait dit que son calendrier était tellement surchargé et qu’il en était le premier désolé. Ce qui avait laissé le champ libre aux élucubrations les plus diverses.

C’était à l’automne 2010. Jean Vila avait réussi un beau coup médiatique – avec télé, radio, journaux – en faisant démissionner, dans une mise en scène que j’avais trouvé, moi, risible, son conseil municipal, à l’insu de son plein gré. Plusieurs spectateurs affichaient une figure de fin du monde. J’avais failli sortir le chapelet de mon sac à main pour commencer à prier. Certains de ses élus de gauche, donnaient à ce qu’il m’avait semblée, l’apparence d’être furieux. Ils se seraient – parait il  – quand même bousculés pour faire partie du nouveau conseil. Contrairement à nos élus de droite qui auront refusé de se prêter à cette mascarade. Et qui auront ainsi gagné leur légitimité pour entrer au conseil en 2014 dans des conditions plus apaisées. On les soutient, à fond. Sans réserves.

Jean Vila nous refera t’il le même coup cette année. Suspense ! Ce serait pour se débarrasser des socialos disent déjà certaines mauvaises langues. On n’en croit rien. On verra bien car dans notre boule de cristal, nous, on y voit guère mieux qu’un jour de pollution à Paris.

Est une occasion pour mutualiser les dettes astronomiques de Perpignan et les faire endosser par toutes les communes de la nouvelle communauté ? Car c’est bien votre crainte à tous. Le seul et unique problème que cette annonce vous pose. Sinon tout cela vous passerait largement au dessus de la tête. « Si je ne craignais pas qu’on me pique le fruit de mon travail,  j’en aurais rien à cirer » dit l’un d’entre vous !

Rassurez vous !  La loi est claire est nette. Aucune des communes d’une communauté n’est obligée, contre sa volonté, d’endosser des dettes qui ne lui appartiennent pas.
Reste le champ, immense, dit pourtant un autre, de la négociation car on aurait vu, ailleurs, des communes en accepter plus ou moins le principe, mais tout dépend aussi du contexte.

Alors, méfions nous de ceux qui prétendraient que ce projet n’a pour seul objectif que de vous mettre les dettes de Perpignan sur le dos. Mais si personne ne leur apporte la contradiction, ils auront beau jeu de dire ce qu’ils veulent sans qu’on puisse les faire taire. Et ce serait à notre avis une mauvaise stratégie politique. Nous pensons que le citoyen a le droit d’être tenu informé et surtout rassuré.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :