« main basse sur nos retraites » par une rédactrice du collectif de Blog-Cabestany !

by

retraité

« Claude », (c’est son pseudo mais il est parfaitement identifié) , l’un de nos fidèles internautes, sympathique et de bonne foi, ayant une petite retraite, nous envoie un tract qu’il a reçu par courrier et qui n’est autre qu’une pétition à signer et à envoyer aux : « Présidents de nos caisses de retraite complémentaire du privé pour qu’ils exigent le sauvetage de nos retraites…… »

Claude écrit : « Vous devez mettre en ligne ce document qu’il faut que le plus de personnes possibles signent et envoient de toute urgence, sous enveloppe timbrée, à ces dirigeants de nos caisses : il s’agit d’empêcher nos retraites de faire naufrage ».

Claude ! Parce que vous pensez qu’envoyer un courrier aux gestionnaires de nos retraites complémentaires va faire avancer le schmilblick !?

Claude a néanmoins raison d’insister sur un problème crucial et bien réel qui est que nos caisses de retraite complémentaire du privé sont exsangues et vont commencer par baisser les pensions de réversion avant de s’attaquer à nos retraites d’ici à cinq ans. Donc peut être demain matin, mais selon nous seulement après une certaine élection en 2017.

Les caisses de retraite complémentaire sont des caisses de retraites paritaires, c’est à dire gérées par les partenaires sociaux, auquels, aujourd’hui, l’état oserait dire  : « débrouillez vous » ? ??

–  Mais est ce que ce sont les partenaires sociaux ou bien plutôt l’état qui a décidé de mettre en 1981 la retraite à 60 ans, pas obligatoirement une si mauvaise idée diront quelques économistes, mais sans même se demander comment la financer, et c’est là que le bât blesse.

– Est ce que ce sont les partenaires sociaux ou l’état qui a décidé à l’aube des années 90, pour permettre à des jeunes d’accéder à l’emploi, de permettre à des « Papis » et « Mamies » entre 55 et 60 ans de partir – immédiatement – en pré-retraite sans s’inquiéter de leurs annuités de cotisation. Sur la base du volontariat. Une décision que le législateur, à l’époque, pensait n’intéresser qu’un tout petit nombre de personnes. Quel manque de clairvoyance ! Alors que les conditions financières étaient floues, tous les quinquas (et des plus jeunes encore) se précipitaient chez leur chef du personnel pour en profiter et quand bien même la mesure n’aura pas duré bien longtemps et aura été rapidement dégressive pour la rendre dissuasive, puis supprimée, le mal était fait et cela aura couté cher, très cher.
L’un de mes proches, ayant étudié jusqu’à 27 ans, et qui avait réagi au quart de tour, sera parti après seulement 29 annuités de cotisation, à 56 ans, avec 110% de son dernier salaire ! ! (grâce à un petit bonus de son employeur, un bonus …. défiscalisé) Tant mieux pour lui, mais quelle gestion hasardeuse. Et pas de la faute des dirigeants de nos caisses qui s’arrachaient les cheveux devant cette folie de l’état.

– Est ce encore avec l’accord des partenaires sociaux, que l’état s’est servi, au gré de la conjoncture, bouchant un trou qui en fabriquait aussitôt un autre, dans les caisses de retraite du privé pour alimenter les caisses des salariés de la SNCF, de l’EDF, ou pour alimenter la caisse de retraite des « fonctionnaires non titulaires et des élus locaux ». Les moins mal lotis sont toujours prioritaires dans ce pays, chacun devrait le savoir. Et on ose nous parler de pénibilité. Les élus locaux en feraient ils partie ?

– On aura même pompé encore de l’argent dans ces mêmes caisses pour financer les 35 heures !!! La solidarité….. mais à l’envers !

L’état n’aura donc cessé de ponctionner dans les caisses de retraites et dirait aujourd’hui aux partenaires sociaux, ce n’est plus mon problème mais le vôtre ? Et le citoyen devrait se lamenter et se laisser dépouiller sans rien dire, imaginant que ce genre de pétition va solutionner son cauchemar.

Aujourd’hui, quand l’état nous renvoie vers les partenaires sociaux, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un déni de justice et ne gaspillons par un timbre pour nous plaindre auprès des gestionnaires de nos caisses de retraite ? Ce n’est pas eux qui vous ont spoliés. Le citoyen ne doit pas se faire abuser par ce genre de manœuvre dilatoires et doit réclamer, avec vigueur,  auprès du seul coupable : l’état. Et pas auprès de simples comptables.

Quand au fait de dire, comme on le lit dans cette pétition, qu’il suffirait de prendre aux retraités du public pour donner au privé, voilà encore une idée saugrenue pour diviser et faire s’affronter les français, les uns contre les autres. Trop facile. Même si le contraire a déjà été fait à de nombreuses reprises. Mais ce n’était pas de la faute des fonctionnaires. Et est ce la meilleure façon de gérer ?

Encore une façon de stigmatiser les fonctionnaires qui est inqualifiable.

La grande majorité des fonctionnaires fait son boulot, ne passe pas son temps à revendiquer, (sauf hier !) et ne mérite pas qu’on les plume pour donner à d’autres. Cela s’appelle diviser pour régner. La politique de Gribouille.

Mais on peut se demander si cette mauvaise image des fonctionnaires ne provient pas d’une minorité d’entre eux, de syndicats staliniens archaïques, et des politiques qui nous gouvernent. On ne parlera pas des P.O., mais du rapport de la Chambre Régionales des Comptes en 2013, concernant le Conseil Général de l’Aude. Ce rapport constatait une dérive inexplicable dans les embauches, ce qui n’est pas de la faute des salariés. Là ou ailleurs, les raisons en sont multiples et l’une des principales reste sans doute le clientélisme. Mais il constatait également que les salariés travaillaient moins de 35 heures. Qu’ils avaient davantage de jours de congés que dans la fonction publique en général. Et qu’entre 2007 et 2013, les jours d’absence étaient passées de 13 à 23. On est toujours dans l’Aude. Le rapporteur concluant que cela était quand même en dessous de la moyenne nationale de l’absentéisme constaté dans d’autres collectivités territoriales !

L’état ou les collectivités territoriales, et principalement celles de gauche, gèrent la France depuis bien des années comme a été gérée la Grèce, la différence venant seulement du fait que le citoyen français n’aura jamais renâclé, jusqu’ici, à payer les impôts qu’on lui mettait sur le dos. Mais cela pourrait changer !

Alors nous suggérer d’écrire aux Présidents des caisses de retraite, lorsque c’est l’état qui nous a mis dans cette pitoyable situation, c’est à dire dans le pétrin, c’est mettre un pansement sur une jambe de bois. À se demander si ce n’est pas le gouvernement qui serait derrière ce qui ressemble, mais évitons une conclusion trop hâtive, à de la manipulation.

Et qu’il y ait des associations – certaines étant meilleures que d’autres – qui veillent, pour nous informer, des dérives économiques ou sociales de l’état et des collectivités territoriales, est par contre une excellente chose. Ce n’est pas du goût de certains de nos élus qui ne sont pas des adeptes de la transparence, mais aiment ils vraiment la démocratie ?

Étiquettes :

4 Réponses to “« main basse sur nos retraites » par une rédactrice du collectif de Blog-Cabestany !”

  1. Didier Bonnet Says:

    Salutations, un sujet vraiment bon, Du bon boulot ; Découvrez la vidéo à 360° de biens immobiliers

  2. Albert Richard Says:

    Bon contenu. un post tout à fait parfait! A bientot! Retraite à l’étranger

  3. Ralph Immo Says:

    Hola, un post vraiment bien fait. Du bon boulot. Vivre au soleil

  4. liberté66 Says:

    Sans oublier que les associations spécialisées en pétition en tous genres vous demandent de les aider financièrement afin, expliquent-elles, d’envoyer encore plus de courriers à encore plus de gens desquels elles attendent leur don « le plus généreux possible ». Vous avez saisi l’embrouille?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :