L’indépendant parle de nos candidats, aujourd’hui 11 mars 2015

by

sous la plume de Frédérique Michalak, Responsable du Service Politique de l’Édition Catalane de l’Indép.

Le titre de l’article : PERPIGNAN III – LA DROITE SOUS PRESSION

Le coeur de Perpignan est à (re)prendre. A droite depuis sa création en 1973, le canton Saint-Jacques a pourtant basculé il y a trois ans, après que le PS Jean-Louis Chambon l’eut raflé de 91 voix à une droite qui s’y sentait en terrain conquis à jamais. Stupeur et effarement autour de la mairie de Perpignan qui avait si bien et si longtemps travaillé ce quartier. Hélas, la gauche de Bourquin avait eu le temps d’apprendre la leçon et d’escamoter la place Cassanyes sans coup férir ou presque.
Saint-Jacques à gauche : un accident ? Et Cabestany? Le second ventricule de ce nouveau canton bat à gauche depuis plus de 30 ans. Jean Vila, le maire PC de la commune, le détient depuis 1992 (moins « l’accident Coronas») et repart en campagne sous la bannière «majorité départementale », PS-PC donc, pour le garder à gauche. En 2011, [Jean] Vila avait conservé ce canton avec 65% des voix face au FN, la droite ayant lâché la rampe au 1er tour.

Déjouer les pronostics

La droite locale, et plus précisément le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol et son cabinet ont choisi d’envoyer au front deux jeunes adjoints perpignanais : Olivier Amiel et Caroline Ferrière.
Un binôme UMP-UDI qui pilote le quartier puisque [Madame] Ferrière est maire du centre-ville, mais depuis seulement dix mois. Leurs suppléants s’avèrent indispensables à la conquête de Cabestany puisqu’ils y sont conseillers municipaux d’opposition depuis plusieurs mandats, et donc bien implantés. Suffisant pour déjouer les pronostics qui font de la gauche sortante la gauche gagnante?
[les candidats de la Droite Républicaine] Amiel-Ferrière auront aussi fort à faire avec le FN. En 2011, il marquait 18 points à Saint-Jacques (sans passer le 1er tour) et 26, puis 35% à Cabestany avec des candidats inconnus.
Cette fois, il avance un binôme d’élus municipaux, Bolo et Fuentes. Une nouveauté pour le parti de Marine Le Pen qui se poste en embuscade et croit en ses chances sur ce nouveau canton qui fait un grand écart socio-économique en mixant les populations aisées et défavorisées et les quartiers chics et délabrés.

Frédérique Michalak

(article récupéré via un logiciel de reconnaissance de caractères ABBYY. Ce qui est entre [ ] est de la Rédaction de Blog Cabestany. )

Le canton n°8

Perpignan 3 -S aint Jacques - Cabestany : Canton n°8 des Pyrénées Orientales
Perpignan 3 -Saint Jacques – Cabestany : Canton n°8 des Pyrénées Orientales

Perpignan III (huitième des dix-sept cantons des Pyrénées-Orientales) comprend, à Perpignan, le quartier Saint-Jacques, une partie du centre-ville (rue du Castillet, places de la Victoire, de Verdun, Gabriel-Péri, Arago, Pont-d’en-Vestit, des Poilus, rue de la Fusterie), traverse le quartier Saint-Jacques jusqu’au rond-point du Moulin-à-vent et la route d’Elne, ainsi que la commune de Cabestany.

26 212 habitants ont été recensés sur ce canton Perpignan III, au 1er janvier 2014 qui intègre la commune limitrophe de Cabestany, mais seulement 16744 électeurs.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :