Archive for 30 octobre 2014

Blog-Cabestany répond à Emilie ! sur le Rapatell, la Dame aux Camélias, et le reste !

30 octobre 2014

Emilie dit :

« j’ai lu sur Internet que pour compenser les baisses de dotations de l’état vers les collectivités, 95% des communes baisseront leur budget culturel en 2015. Qu’en est il à Cabestany ? On prétend que le RAPATELL couterait une fortune.  Pour un truc qui ne vaut pas un clou. Nos impôts vont ils augmenter ? etc………… « 

Postmaster : votre mail appelle plusieurs réponses. on va essayer de le faire dans l’ordre.

Le « rapatell », nous on en connait le cout au centime près. A la condition que dans la comptabilité municipale, les dépenses soient correctement imputées, mais ne tombons pas dans le procès d’intention gratuit et stérile. Cela ne nous ressemblerait guère. Le somme du récapitulatif détaillé qu’on nous a fait passer est déjà « coquette » sans qu’on y rajoute les à côtés ou les extras.  Par contre, si à Cabestany, il existait une réelle transparence, vous devriez trouver vous même la réponse sur le site de la mairie. Et si vous ne la trouvez pas, demandez donc à Monsieur le Maire. Nous on se contentera de dire, haut et fort, ce que vous nous écrivez à peu près tous et toutes : à savoir que quel qu’en soit le prix, et que le rapport qualité-prix y soit ou non,  voilà une dépense dont on pourrait fort bien se passer. Personne ne croit, en effet, la véracité du chiffre  officiel de spectateurs supposés y assister, qui semble être multiplié par 5 ou pas 10.  « C’est vous qui le dites »!

Nous avons suivi le lien que vous nous avez indiqué. On y demande en effet à des maires de communes petites ou moyennes comment ils vont s’y prendre pour compenser les baisses de dotations de l’état. Le sondage que l’on y trouve n’est pas représentatif, à notre avis, dans la mesure où il concerne trop peu de villes. Mais vous avez bien lu : on y dit en effet que 95% des communes baisseront leur budget culturel. Toutefois,  on aurait tort de comprendre – c’est très mal expliqué – que cela sera suffisant. Ce serait trop simple.

Emilie, c’est parce que vous paraissiez un peu perdue, qu’on vous a envoyée quelques liens vers différentes études, et d’autres sondages. Mais il est facile à tout internaute de trouver ce qu’il cherche en quelques minutes. Et partir du postulat que la plupart des maires de France seraient décidés à ne faire aucun effort pour réduire les dépenses et se contenteront d’augmenter les impôts ne serait pas vraiment honnête. Le nôtre ? : là encore, on ne fera pas de procès d’intention et on jugera – comme vous – sur pièces. Mais il est évident qu’on peut faire et qu’on doit faire autrement…. si on en a la volonté !

Dans la documentation que nous vous avons envoyée, il est écrit que la plupart des maires sont décidés à ne pas sursoir aux investissements « utiles » qu’il avaient prévus, mais qu’ils le feront avec davantage d’esprit de sagesse et d’économie. On lit que dans telle construction de conservatoire, on y supprimera …. les douches. Cela ne parait pas rédhibitoire ! Et que dans tel construction de gymnase, on gardera la surface sportive mais on évitera de passer par un concours d’architecture et on ne donnera pas la primauté à « l’emballage ». Comprendre le bâtiment. Tient, cela ne vous rappelle t’il pas quelque chose ?  D’autres projets, moins utiles, seront abandonnés, repoussés, ou feront l’objet d’une concertation avec une agglo, un département, une région… voire le privé. N’est ce pas ainsi que chacun gère son ménage, et qu’il devrait en être de même dans une commune bien gérée ?

Dans ces sondages, les maires, à une écrasante majorité, répondent que le temps est venu où l’on devra faire plus attention, être davantage gestionnaire, mais qu’on peut parfaitement, à la condition d’être compétent, rendre le même service au citoyen, sans le pressurer davantage. Et que cela n’est qu’un début, car les dotations continueront sans doute de baisser année après année et qu’il faudra gérer « autrement » et s’y prendre dés aujourd’hui. C’est le maire d’un ville ayant à peu près la même population que Cabestany qui donne le ton en déclarant : «  » se lamenter et jouer à mes administrés « la Dame aux camélias »  serait de la pure démagogie «  ».

Comme quoi, considérer que tous les maires, par définition, sont des gens inconséquents serait une injustice.

Mais on y lit aussi, venant d’une minorité de maires, qu’il est « impossible » de faire face à cette baisse de dotations sans augmenter les impôts. Ils ont raté leur carrière de tragédien à la Comédie Française. Car si cela n’est jamais clairement exprimé, on comprend, à certains mots prononcés, que beaucoup ne le feront pas, imbus de leur petit pouvoir,  pour la simple raison qu’ils n’en ont – tout simplement – aucune envie. Car seuls les riches payent ! (disent ils) Et que les riches peuvent et pourront toujours payer davantage !?  Doctrine contre réalisme ! Le journaliste qui rédige l’article auquel on fait référence, tente de  nous expliquer qu’il en serait ainsi  dans certaines communes qui sont des bastions de la « gauche de la gauche » sans toutefois en nommer aucune : « Les droitistes seraient – par définition – des riches, qui ne se déplacent plus pour voter, mais sont résignés et ne sont là que pour payer. Les autres, ceux qui ne payent pas l’impôt, sont les premiers à toujours demander et réclamer plus, mais comme eux, ils se déplacent pour voter, c’est eux qu’on écoute. »

Toute ressemblance avec une ville que l’on connait bien serait – bien sur –  une pure coïncidence !!!

On avait cru comprendre que le projet de cette Maison des Jeunes à Cabestany, qui ne parait pas être d’une exigence vitale, sans avoir été abandonné, avait été du moins repoussé dans le temps. On avait cru comprendre que Monsieur le Maire en avait ainsi décidé pour prouver qu’il était capable de faire les économies nécessaires quand cela s’imposait. Le genre de mots que l’on prononce durant une campagne électorale. Pour découvrir au dernier Conseil Municipal qu’il n’en était rien. La communication et la transparence ne sont pas des vertus municipales à Cabestany.

Quant aux impôts, à Cabestany, Emilie,  on ne lit pas encore dans le marc de café !   Mais il n’est pas trop difficile de comprendre dans tout ce qu’on vous a envoyé qu’il en est de même dans les collectivités, comme partout, dans la vrai vie, dans le sport, ou ailleurs.  Il y a ceux qui mouillent le maillot ou qui font le job, sans nous en faire des tonnes. Et les autres !

-o-