Archive for juin 2014

Une opposition constructive, efficace et compétente……. à Cabestany !

20 juin 2014
Colette, Patrick, Lydie, Phil

Colette, Patrick, Lydie, Phil

Une opposition – celle que nous incarnons à Droite  – constructive, efficace, compétente !

Telle est l’appréciation de nos adversaires concernant l’opposition formée par nos Conseillers de Droite. Une « sentence » que vous ne risquez pas de lire, demain, ni même jamais…  sans doute, dans votre Cabes’Infos habituel. Car la politique obéit à ses propres règles qui sont immuables. Déjà,  on commence par  taper sur la tête de ses « amis », et à gauche à Cabestany, on sait de quoi on parle. Alors, comment trouverait on encore le temps pour dire  du bien de ses « ennemis »……? !  Mais qu’importe. Et ce n’est pas ce qu’on cherche.

Les grandes vacances approchent. Il y aura encore un dernier Conseil le mardi 1er juillet à 18 h 30 et la vie municipale fera une pause. Ce qui n’empêchera nullement les employés municipaux de continuer à remplir leur mission. Et nos conseillers de travailler sur un certain nombre de projets en cours ou à venir. Et on attend les effets des promesses du Président de la république de « dématérialiser » : plus du tout  de papier,  d’enveloppes,  de timbres. Tout sera « en ligne » ce qui ne veut pas dire pour autant accessible à tous : dossiers, annexes, rapports, compte-rendus,  etc. On sait qu’à Cabestany, la mairie n’a pas toujours été « à la page », sans jeu de mots, mais nous prenons notre mal en patience !

Car nos Conseillers de l’opposition, Colette, Patrick, Lydie et Philippe ont pris leurs marques. Ils avaient déjà de l’expérience et connaissent mieux les arcanes du budget de la commune que beaucoup des nouveaux élus.  Ils étudient les dossiers, participent aux commissions, aux événements de la vie municipale, aux délibérations, aux conseils, et ce n’est une « abracadabrantesque » et lamentable histoire de photo retouchée qui pourrait modérer leur engagement et leur volonté.  « Errare humanum est ! »  Mais, tout comme hier ou aujourd’hui,  nous ne laisserons rien passer à l’avenir !

Cela fait maintenant 80 jours qu’ils siègent depuis les dernières municipales et sont donc considérés désormais comme une opposition crédible, ce qui ne sous entend nulle connivence ou attitude tempérée. Et ils sont une réelle force de proposition. Dire qu’il pèsent, aujourd’hui – du moins de façon significative – sur la vie municipale serait  s’avancer. Mais leur avis est écouté et entendu autour de la table du Conseil. Pourquoi ne pas être confiants en l’avenir ? Nous avons l’habitude d’être positifs et nous sommes plus déterminés que jamais.

Arriveront ils,  pour autant,  à bloquer certains des projets qui sont dans les tiroirs de la municipalité. Ne rêvons pas trop. Ils se battront  jusqu’à leur dernier recours. Si la ville décidait de passer outre, l’opposition l’aurait prévenue, aurait fait son devoir, aurait tiré la sonnette d’alarme. A la majorité d’assumer ses choix devant le « citoyen ». Tout comme nous, nous assumons les nôtres.

Quand tant d’électeurs, pour les municipales, sont restés à la maison, et que même la liste gagnante ne peut se prévaloir d’avoir reçu l’adhésion  de la moitié des électeurs inscrits (45%), il eut été inconcevable de ne pas représenter les 1500 électeurs, à Cabestany, qui se sont déplacés aux urnes et nous ont fait confiance. Il serait impensable aujourd’hui de les décevoir. Et nous considérons que nous devons défendre leurs idées, et avons des comptes à leur rendre. Nombreux sont d’ailleurs les Cabestanyencs qui depuis les élections demandent à rencontrer nos élus pour leur exposer leurs problèmes, pour les encourager ou juste s’informer. Leur statut leur a donné une véritable légitimité : ils assumeront sans faiblir.

-o-

Vous nous posez de très nombreuses questions, dans vos mails quotidiens, sur les sujets les plus divers. La rédaction y répond – en direct – à vos adresses mails ou…. très souvent,  nous transmettons vos commentaires à nos Conseillers de l’Opposition qui se font un plaisir de le faire eux mêmes.

 Peut être, début juillet,  et avant de faire une pause sur notre Blog, ferons nous quelques réponses collectives dans un prochain article. On y réfléchit encore.

A bientôt.

 

Quand les hommes vivront d’amour …….. à Cabestany !

18 juin 2014

Nous sommes le 18 juin 2014 : 70 années sont passées depuis le débarquement en Normandie, ou en Provence. Perpignan sera libérée en Août. Tous pensaient que la victoire pourrait être célébrée avant Noël en cette année 1944. Il faudra encore une année de durs combats avant d’arriver à cette victoire finale.

A la mémoire de ceux qui n’ont pas pu voir ce jour espéré, et se sont sacrifiés pour nous.

Nous les honorerons ce soir, à Perpignan, square Bir Hakeim, à 18 h 30.

Lucien Garcia, notre concitoyen et ami, à Cabestany ! ….. mis à l’honneur dans l’Indépendant

16 juin 2014

Le 9 mars 2012, en la Salle Barboteu de Cabestany, lors de l’assemblée des ACPG-CATM présidée par le Président Robert Montoya, Lucien Garcia, un ancien combattant apprécié de tous, était décoré.

La « Droite Républicaine » était là.

Blog-Cabestany y consacrait même un article

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

Lucien Garcia

Lucien Garcia

Au mur on pouvait voir un drapeau italien

drapeau italienet un sous verre contenant un document écrit de la main de Lucien Garcia

encadrementLe texte est disponible ci-dessous : il s’intitule « Le 17 juin 1944, l’armée d’Afrique s’empare de l’île d’Elbe »

Le texte de Lucien Garcia

-o-

indep

Aujourd’hui, lundi 16 juin 2014,  l’Indépendant Edition Catalane consacre une pleine page du journal à Lucien Garcia.

Intitulé : l »autre débarquement », ne ratez pas l’excellent article de Patricia Vedrenne, la correspondante de l’Indép à Cabestany

indep catalan page 11

indep catalan page 11

Le coup de « blues » de Max, vu depuis Cabestany !

9 juin 2014
Vu sur le Blog de Max Tandonnet

Vu sur le Blog de Max Tandonnet

Circonlocution littéraire, formule de rhétorique qu’on appelle le « pathos » ? : même si le dernier article de Max – sur son propre Blog – vous paraît pessimiste, nous, nous attribuons, cette vision, à un effet de style. Son style. Le style de « Max ».

Car « Max » (Maxime Tandonnet) n’est pas un pessimiste au naturel, et il n’est pas du genre à jeter par dessus bord, la politique et les partis. Pas plus que nous, la Droite Républicaine à Cabestany !

On aura lu avec, toujours le même intérêt, sur son blog, le dernier écrit de « Max », en date d’hier, 8 juin, dont le titre est : « la trahison des partis, que faire ? ». Que devons nous faire, en effet, nous les citoyens ? Max, nous donne la réponse : la mobilisation citoyenne. Car plutôt que de baisser les bras, rejeter en bloc et par principe, la politique et les politiciens, ou se réfugier chez les extrêmes, on peut encore, on peut toujours se mobiliser. Défendre nos idées.

Il existe (c’est Max qui parle) un foisonnement d’associations, de blogs, de sites sur internet : d’échange d’idées, de réunions, de pétitions, de manifestations paisibles. Nous en sommes la preuve.

Blog-Cabestany ne donnera de leçon à personne. Le Blog de Max reçoit autant de visites, chaque jour, que le nôtre en un mois. Mais le nôtre existe – de nouveau – après ces municipales et si nous n’avons pas retrouvé le régime de croisière, la qualité de ce que vous nous écrivez remplace la quantité et nous satisfait.

Lorsque Max, écrit, sans du tout y croire : « là, je ne sais plus que faire…. », nous lui répondons. Continuez le combat des idées. Comme vous l’avez toujours fait. Comme vous continuerez à le faire. Comme nous. Comme ceux qui à Cabestany  ont le courage de continuer à se battre. Des sympathisants, des militants de Droite qui ont une vision – sans concession – de ce qui se passe à Paris. Qui sont lucides. Nullement naïfs, mais pas du tout résignés. Tout comme nos élus de l’opposition  à Cabestany, qui « font le boulot, qui vont au charbon ».  Nous avons toujours su que nous pouvions compter sur eux. Ils ne demandent d’ailleurs aucunement qu’on les en remercie. Leur dire qu’on les soutient leur suffit.

Nous nous continuerons de fréquenter le Blog de Max et de le faire connaître à nos amis …… et aux autres ! Salut Max !

http://maximetandonnet.wordpress.com/2014/06/08/la-trahison-des-partis-et-que-faire/

-o-

 

La réforme territoriale (ou « nouvelle organisation territoriale de la République »)…… à Cabestany

7 juin 2014

le titre de l’un des chapitres  est  :

« des régions renforcées pour un développement équilibré des territoires »

Nous vous livrons  – en avant-première – un document qui n’a rien de confidentiel et intéresse le « citoyen ».  Nous l’avons déjà reçu il y a quand même plusieurs jours, et il est, sans aucun doute,  en possession de plus d’un élu ou journaliste,  mais on ne le trouvait pas alors sur Internet, si nous en croyons nos sources : il ne s’agit là, en aucun cas, d’une affirmation de notre part. Car nous n’avons pas perdu notre temps à vérifier. On a préféré prendre le temps ….  de le lire ! 

Ce document est la fameuse réforme des départements et des régions dont on vous parle tous les jours dans les médias et à laquelle on ne comprend pas tout…. et même pas grand chose.

87 pages d’un texte que vous lirez si vous êtes courageux, et qui est le projet de loi qui serait présenté en juillet au parlement. (pas en même temps que le foot ?)

Sans fausse modestie, nous ne sommes pas vos professeurs et vous n’êtes pas nos élèves. On vous fera grâce d’explications sans doute bien maladroites (mais bien à Droite)  qui de toutes les façons seraient partisanes.

On a quand même noté en bas de la page 16 : « un débat sera engagé sur l’avenir des départements »

Vous lirez également que l’on y parle – entre autres – du transfert des collèges, actuellement gérés par les Conseils Généraux, vers les Régions.

Et les agents territoriaux, du moins ceux qui se sentent concernés,  le liront avec attention, car on y parle de leur propre transfert vers la région.    Etc….. etc…… 

Nous, la Droite Républicaine à Cabestany, ne voyons pas en quoi, il devrait être réalisé des économies dans ce projet. On dira même, et il ne s’agit aucunement de provocation, que toute réorganisation à un coût élevé lors de sa phase de mise en application, et que les agents ou nos élus ont sans doute mieux à faire que de passer leur temps en réunions,  « comités de coordination inter-région », même si par la suite on devait en attendre du mieux, et on ose espérer que ce sera le cas. 

Enfin on notera qu’aucune carte des nouvelles régions n’est annexée à ce projet.

Si le coeur vous en dit, vous trouverez le lien – ci-dessous –  vers ce document en PDF que l’on a renommé et   qu’on a stocké  sur l’un de nos sites « in the cloud »,  mais que Google devrait vite faire rebondir sur la toile.  Et bon week end…. quand même !

Projet de loi 2014 portant la nouvelle organisation territoriale de la république

La réforme « pour rien » ou la réforme inutile, écrit « Jean » à Cabestany !

3 juin 2014

Démocratie

« Jean », qui écrit pour d’autres blogs plus consultés que le nôtre, nous offre ce texte « en primeur ».

-o-

La réforme inutile

Je vous parle bien de la réforme des régions, un projet qui est « spectaculaire » car le pouvoir l’aura souhaité ainsi, en utilisant le poids des médias qui ont l’impression de traiter pour une fois un grand sujet. Un projet qui aux yeux des français se doit d’apparaître comme une « grande réforme » mais qui ne touchera que quelques baronnies d’élus. Et plus les élus hurleront, et se sentiront « humiliés », plus le citoyen, amusé ou abusé, s’imaginera qu’on a taillé dans le vif. Du trompe l’œil ou du trompe « couillon » ?

Car il s’agit là d’une réforme à minima, la moins importante que l’on pouvait imaginer et faire quand la situation est tellement dégradée mais que l’on a pas l’envie de s’en occuper. Et qu’on préfère mettre la poussière sous le tapis plutôt que se sortir l’aspirateur du placard. Un tour d’illusionniste qui n’apportera rien à personne, sinon faire couler de la salive. Et n’aura aucun effet sur les finances publiques, ou si peu. Mais entre Toulouse et Montpellier,  on imagine déjà le bordel !

Car elle est à l’envers cette réforme. Il fallait d’abord travailler sur « qui fait quoi ».  Partir du bas. Évaluer les besoins. Faut il regrouper, à l’arrière, les états majors des généraux sous la même tente ou plutôt veiller à ce que les soldats qui sont en première ligne aient de bonnes chaussures et des munitions, et leur déterminer clairement leur mission. Au Mali, il se dit que le marché des amulettes et des gri gri n’a jamais aussi bien marché, et pas que chez nos ennemis.

Est il vraiment nécessaire que dans une certaine région (qui n’est pas les P.O. mais est ce si différent chez nous ?) entre les Agences, Organismes, Structures diverses, Services Ministériels, Régionaux, Départementaux, Locaux, on puisse trouver ONZE organisations qui s’occupent de l’EAU (approvisionnement, ressources, qualité,….). Quand tous ces fonctionnaires, dans leur coin, et qui font sans doute correctement leur boulot, n’ont aucun lien entre eux. Quand deux services ou plus travaillent sur le même projet sans le savoir et sans se concerter. Quand ils se servent de logiciels différents, incompatibles, sur des critères différents. Quand le ministre, bousculé par son emploi du temps, et qui un matin se retrouve pressé de prendre une décision, au lieu de consulter les rapports de ses services, fait appel, dans l’urgence, moyennant finances sonnantes et trébuchante, à un Cabinet de Consultants Privés qui lui sort un rapport dans la précipitation. Mais cela m’aura permis de vivre et même bien vivre. Le même ministre, au moment de prendre sa décision finale, s’en remettra finalement à une directive Européenne.
Tout cela ne donne aux fonctionnaires sous ses ordres, que le sentiment de faire un boulot inutile, de ne pas être pris en compte, et de les démotiver.

Dans une autre région, NEUF structures traitent de l’Environnement ? (ensuite 15 ou 20? après la fusion des régions) Et on pourrait continuer comme cela jusqu’à demain.

Faut il sabrer dans les effectifs des fonctionnaires ? Quand on sait que d’ici 10 ans, classe d’age oblige, 30% des agents auront demandé leur retraite. Et qu’il faudra bien en remplacer ne serait ce qu’une partie. Mais en les recrutant selon leurs compétences, et non en faisant abstraction du « profil », simplement pour faire baisser les chiffres du chômage !  Que l’on a pas trop d’infirmières. Et qu’il faudrait davantage de juges, de policiers. Tout cela est le merveilleux prétexte d’un débat stérile et purement abstrait entre nos politiciens.

Et les municipalités, au fur et à mesure qu’elles se voyaient retirer des compétences par les agglos, étaient elles obligées d’embaucher autant, sinon plus, de leur côté, que ces mêmes agglos ?
Si ce n’est pas là du clientélisme ? De toute façon le citoyen passera à la caisse et on lui racontera des bobards dont il se dépêchera de convaincre lui même son voisin pour se sentir moins seul. Je ne vise personne ! Suivez mon regard.

Faut il, délocaliser les fonctionnaires, les faire déménager eux et leurs familles, les regrouper quelque part dans une grande tour, quand DEJA avec les réseaux électroniques, on pourrait travailler depuis chez soi.

Pourquoi ne pas agir avec bon sens ? Il serait si simple de redéfinir la mission de chacun, lui redonner l’initiative, le responsabiliser. La majorité des fonctionnaires ne demande que cela !

ON PEUT REFORMER LA FRANCE EN PROFONDEUR ET EN DOUCEUR, sans opposer les uns aux autres, sans martyriser les uns ou les autres, en asservissant la technologie à l’humain. Sinon à quoi tout cela servirait il ?

A la seule condition d’envoyer nos hauts fonctionnaires jouer au golf l’après midi, demander aux organisations syndicales de ne pas s’opposer pour le principe et se montrer incontournables par peur d’inutilité et à nos élus de la fermer quand ils n’y connaissent rien et ne raisonnent qu’en fonction de leur ego. Mais est ce finalement le citoyen qui bloque le système ou celui qui prétend savoir ce qui est bon pour lui ? Quelle condescendance ou quel mépris, au choix, pour celui qui paye et n’a d’autre droit que de la fermer.

Mais réformer, en bien, est il vraiment possible dans cette France qui se complait dans son bocal de formol ? Changer ce qui va bien est tellement plus simple. Quand tous ceux qui pourraient améliorer les choses, traînent les pieds, font de l’immobilisme et ne pensent qu’à leur petit pouvoir (ou réélection). On n’est jamais trahi que par les siens. Notre Président ne fera pas mentir cet adage dans cette réforme à l’envers qui lui permettra de se gargariser, de se mettre en valeur, et de nous prendre un peu plus pour des imbéciles !
-o-

POSTMASTER : « Jean », ancien Consultant chez A…….., nous avait déjà envoyé un commentaire sur la réforme de « la Poste » en 2010. Un sujet sur lequel il avait travaillé, beaucoup et en pure perte, disait il,  en se montrant intarissable. On doit bien l’avoir archivé quelque part « in the cloud » et on le ressortira bien à l’occasion. Et : « C’est vous qui le dites ! »