La « Droite Républicaine » approuve les positions républicaines du Président de la République et de son gouvernement…… à Cabestany !

20 juillet 2014 by

Que l’on ne s’y trompe pas : notre article est « politique » et exclusivement politique ! Le considérer autrement serait une imposture ou de la pure mauvaise foi.

Et si nous réagissons ce soir, c’est que le Cabestanyenc de la majorité silencieuse qui n’aspire qu’à vivre en paix dans SON pays, réagit, nous écrit tellement il est révolté, et il nous livre son point de vue. C’est nous les politiques, car sinon à quoi servirions nous, qui avons le devoir d’amplifier ses paroles et lui démontrer qu’il n’est pas seul, isolé et qu’il aurait tort d’aller vers des horizons chimériques, car il n’est pas abandonné par les siens. La « Droite Républicaine » veille.

Et ceux que nous dénonçons ce soir, que les choses soient bien claires, sont bien, et eux seuls, les partis politiques à la « gauche de la gauche » que l’on vient de voir soutenir de façon indécente ces manifestations dans nos rues qui ne concernent pas les français mais sont organisées en forme de provocation et que le citoyen n’accepte pas. Et il a raison.

Nous approuvons les déclarations du Président de la République, de son Premier Ministre, de son Ministre de l’Intérieur qui disent de façon non équivoque que l’on ne saurait tolérer que l’on exporte dans nos rues un conflit qui ne nous concerne pas. Et voir ces partis, que nous dénonçons, nous prendre en otage ou tenir des propos déplacés est inacceptable aux yeux du citoyen.

Car en matière d’extrémisme et de racisme, ces partis politiques, démontrent qu’ils sont semblables aux extrémistes de l’autre bord qu’ils condamnent sans vouloir admettre qu’ils sont pareils, sinon pires.

Et la teneur de leurs propos est intolérable car il s’agit pour eux de faire la trompeuse démonstration que dans ce conflit qui se passe  au sud de la méditerranée, le français moyen aurait déjà choisi son camp. C’est proprement insupportable et démontre leur mauvaise foi. Et menace la paix civile. A moins qu’ils n’aient envie de se mettre le citoyen à dos.

Nous viendrait il seulement à l’idée, parce que ces partis politiques  sont trotskistes, marxistes, ou l’on ne sait pas trop bien quoi, de prétendre qu’ils défendent les séparatistes ukrainiens pro russes ou qu’ils se réjouissent de la terrible chute de cet avion. NON. Alors pourquoi nous faire à nous ce grotesque procès d’intention ?

Nous ne sommes pas souvent ou même presque jamais d’accord avec ce gouvernement qui nous inspire si peu de confiance, tant nous ne sommes aucunement convaincus qu’il est capable de combattre le chômage, et redresser l’économie.

Et nous espérons qu’il ne va pas, comme souvent depuis deux ans, faire deux pas en arrière après avoir fait un pas en avant.

Mais lorsque la République est en danger et que les fauteurs de trouble et les provocateurs se sont accaparés la rue et nous menacent, l’unité nationale devant ce danger qui vient de l’intérieur, est indispensable et nous, l’opposition, nous nous y rallions.

-o-

un collage des photos que les Cabestanyencs nous ont fait parvenir :

gaza_pcf_cgt

 

 

Ce matin, 14 juillet 2014, à Cabestany dans les Pyrénées Orientales !

14 juillet 2014 by

Pour démarrer la vidéo, on clique comme d’habitude sur la flèche blanche au centre. En cliquant n’importe où et n’importe quand,  sur la vidéo, une fois celle-ci démarrée,  vous devriez pouvoir l’agrandir et l’ajuster à la taille de votre écran.

 

Cabestany : cérémonie du 14 juillet 2014

11 juillet 2014 by

blogcabestany

Lundi 14 juillet 2014

10 h 30 : rassemblement Place de la Révolution (la dernière place en venant du centre du village vers le Centre Culturel, avant la Mairie et notre Église.

11 h 00 : Défilé jusqu’au monument au Morts pour la France, à côté du Centre Culturel

puis : Cérémonie du 14 juillet au monument aux Morts

-

Tous les citoyens y sont attendus et bienvenus !

-

"Je choisis plutôt Toulouse que Montpellier" dit Serafina à Cabestany !

8 juillet 2014 by

"C’est vous qui le dites".  Serafina dit :

""Si Serafina n’est pas mon véritable prénom, je suis bien Française, et Catalane je reste !
Je ne comprends pas tout à cette réforme territoriale qui veut que le  Languedoc-Roussillon soit rattaché à Toulouse, ce que nos politiques locaux nous incitent sournoisement et hypocritement à combattre. Car disons les choses comme elles sont, aujourd’hui le Roussillon est le wagon de queue de la région à laquelle nous les catalans appartenons. Montpellier nous méprise depuis des lustres. Et il faudrait aujourd’hui prendre la défense de ceux qui nous exploitent ? Mais pour quoi nous prend t’on ? Et à quoi rime ce référendum à Saint Cyp que Jean Vila de son coté serait parait il aussi en train  de nous préparer.
Georges Freche, paix à son âme, ne se gênait pas pour dire que les Catalans étaient des cons mais qu’ils allaient voter pour lui. Les catalans n’ont jamais été davantage des cons…… que lorsqu’ils votaient effectivement pour lui. Le Président actuel  de la Région a beau se prétendre catalan mais que fait il pour nous ? Ces beaux messieur de la regionz  syphonent les impôts des P.O., pour la grandeur de Montpellier. Tout comme leurs  prédécesseurs. Qu’avons nous donc comme points communs avec ces gens de Montpellier ?
Jeune retraitée, logisticienne du transport routier durant plus de vingt ans, on peut multiplier par 10 les échanges entre le Roussillon et Toulouse, par rapport aux échanges entre le Roussillon et Montpellier. Innombrables sont les camions qui partent de Port Vendres ou du Marché Saint Charles vers Toulouse.
L’axe Perpignan-Toulouse, du  point de vue économique est un axe stratégique. Et je connais des Canétois ou des Saint Cyprianais qui vont travailler tous les jours à Toulouse chez Airbus. Les Montpellierains viennent ils en vacances dans les P.O. ? Que viendraient ils y faire puisqu’ils ont la mer, alors que nos plages sont fréquentés le week end et en été par de nombreux Toulousains. Les plus beaux bateaux dans nos ports : des Toulousains. Des résidences secondaires : des Toulousains. On aimerait qu’ils conduisent mieux sur nos routes mais ils nous apportent leur argent ! Et investissent dans nos entreprises ! c’est des Toulousains qui ont empeché la boite ou je travaillais de couler. Plutot que de nous aider la région aura préféré gaspiller des sommes extravagantes en spots publicitaires pour l"ego de ses élus.
Les P.O. peuvent être la vitrine maritime de Toulouse. Et Toulouse investira plus facilement sur notre littoral alors que Montpellier avantage Port la Nouvelle, Sète, ….. au détriment de Port Vendres.
Aujourd’hui nous sommes les vassaux de Montpellier.
Demain, ne serions nous pas les vassaux de Toulouse ? Je ne me fais aucune illusion. Mais nous serions complémentaires plutôt que dans la compétition. Et peut être que les politiques à Toulouse sont moins limités que ceux qui dirigent si mal la région à Montpellier. On peut toujours rever.
Et oublions nos querelles médiévales avec les « Comtes de Toulouse » comme j’ai lu quelque part : « grotesque ».
Si demain je me déplace à un quelconque référendum ce sera pour le rattachement des P.O., à Midi-Pyrénées et que Montpellier fasse sa vie de son côté, continue à dépenser des sommes folles pour ouvrir des boutiques comme à New-York oû il n’y a « personne ». Si je dis personne c’est que j’y suis passée en 2012 ! Sauf que j’ai payer le billet d’avion de ma poche alors que certains se le feraient payer , c’est ce qu’on dit, par la Région. Mais il faut bien se déplacer si on veut vérifier qu’il n’y a PERSONNE ; Et le Muscat de Rivesaltes ce jour là y était introuvable ! On ne connait que celui de "Fronnetignanne" (avec l’accent du Bronx). On nous prend vraiment pour des cons ! mais personne n’ose le dire.
Et, comme le répète mon compagnon, si Toulouse nous obtient de devenir un C.H.U., à l’hôpital de Perpignan que Montpellier aura tout fait depuis des années pour saboter, alors là « j’achète » !!!!!!  ""

POSTMASTER : « Serafina », c’est vous qui le dites !"  Qui vous défendez de faire de la politique mais en faites sans le savoir comme aurait dit Monsieur Jourdain.  Et on ne voit pas vraiment ce que Jean Vila à Cabestany aurait à voir dans tout cela, à moins que vous ne vouliez nous remettre en mémoire son référendum "bidon" de 2010 sur l’agglo qui se sera fait sans nous. On n’a pas du tout  entendu dire que notre Maire aurait envie d’en faire un à Cabestany sur la "région". Il est peut être plus intelligent que vous ne semblez le penser !  Et on ne l’imagine guère se fourvoyer dans ce genre d’exercice…. surtout qu’il n’en aurait plus la "primeur" puisque quelqu’un l’aurait déjà fait avant lui, la seule chose qui médiatiquement aurait pu l’intéresser, quel qu’en fut le sujet.   Les 1000 votants d’hier à Saint Cyp en effet ne riment à rien !  Et que le maire de Saint Cyp donne l’impression de rouler pour C. Bourquin est sans doute en effet une erreur de com’.  Mais on a aussi le sentiment qu’on a  quitté l’école trop  tôt pour  comprendre comment fonctionnent nos politiques, de tous bords, dans ce département.  Nous, tout ce qu’on voit c’est que cette réforme "Parisienne" qui méprise le bas peuple de la "Province" est le fait du Prince, et ne nous fera pas faire des économies substantielles. A Montpellier ceux qui nous exploitent comme vous dites, tiennent trop à leur petit pouvoir pour accepter d’être à leur tour dominés par d’autres. Et les marionnettes qui nous gouvernent, à Paris, depuis deux ans, misent leur survie sur leur capacité à faire se  dresser les français les uns contre les autres. Ils auront encore trouvé un moyen supplémentaire de le faire. Lamentable !

Restons tout simplement "nous-mêmes"….. à Cabestany !

1 juillet 2014 by

Assumons et défendons nos valeurs, à Droite, et restons rassemblés puisque nous avons la chance de l’être.

-o-

Ce  sera sans doute, avant de partir en vacances, le dernier article politique du collectif de rédaction de Blog-Cabestany et nous nous retrouverons en septembre. Nous sommes toujours heureux de recevoir vos commentaires, via le Blog ou par mail. Et si  la qualité prime sur la quantité, c’est très bien ainsi car c’est ce que nous souhaitions. Notre Blog n’est pas un Forum et nous ne vous mettons pas souvent vos propos directement "en ligne" mais nous les reprenons, ce qui nous permet de rebondir dessus et de vous répondre. Et c’est un lien entre nous qui reste très fort.

-o-

Qu’est ce que « cette » " Droite Républicaine" à Cabestany » dont vous nous rabattez les oreilles……….?  dit « Josiane » :
On vous répond :  Josiane, on vous « rebat » les oreilles d’une idée qui n’est ni Cabestanyenque ni récente. Vous le savez fort bien même si vous faites semblant de l’ignorer, mais vous nous donnez le prétexte de vous en resservir un petit chouïa.  Et on ne va pas s’en priver. Il s’agit là d’un concept national qui date de la fin de la seconde guerre mondiale quand la plupart d’entre nous n’étions pas nés.

Il y avait à l ‘époque une multitudes de partis politiques, bien plus nombreux qu’aujourd’hui mais la vie politique française s’articulait autour de trois grandes forces : les « radicaux-socialistes », « les communistes » et …. les « autres ».

1. Les « radicaux-socialistes » qui se réclamaient du Front Populaire d’avant guerre dont les avancées sociales n’ont pas à être remises en cause,  mais affichaient un anti-gaullisme de circonstance, purement politicien et  parfaitement injustifié,  qui n’avait d’égal que leur anti-communisme affiché et qui s’alliaient au gré de la météo, un jour avec les uns, un jour avec les autres, dans une instabilité gouvernementale endémique. On rêvait déjà de ce qui sera un jour la 5ème république.
2. les communistes « anti-tout » dont l’un des dirigeants (J.D.) ne dira t’il pas un jour : « notre pays est la France mais notre patrie est l’URSS »
3. les « autres » : des libéraux comme des  anti-libéraux , des  capitalistes  comme des  anti-capitalistes, des conservateurs comme des progressistes, voulant redresser la France, et réconcilier les français au sortir de l’occupation, et qui seront à l’origine des grandes avancées sociales de l’après guerre. Car vite ils se rassemblent et s’agrègent, pour faire front contre les communistes et les socialistes, et mettre en avant leurs valeurs humanistes. On leur attribuera, sans qu’ils le choisissent, et sans aucun doute avec une arrière pensée péjorative, le vocable de : « Droite Républicaine ». Ils n’ont aucunement le monopole de la République, et ils le savent bien, mais leur conception de la république est le ciment de leurs idées souvent très diverses mais nullement antagonistes. Tout comme aujourd’hui. Ils sont fiers de cette appellation.  Ils  la revendiquent et elle devient leur étendard. Et ils représentent aujourd’hui comme hier la force la plus importante, en nombre de citoyens. Mais, ce n’est  pas pour rien qu’on dit aussi d’elle qu’elle est la « majorité silencieuse » ?

Les choses ont elles vraiment changé depuis plus d’un demi-siècle ?

Nous défendons des valeurs :
– la sécurité des individus et des biens. (à une époque où le berger qui défend son troupeau contre les loups encourt plus de risques pénaux que celui qui braque une boulangère, dit « José ») Ah bon ?
– la défense de notre sol contre les menaces extérieures mais également intérieures
– la justice, que la Droite veut « généreuse » contre celui qui a fauté pour la première fois et auquel on se doit de donner une seconde chance, mais qui devrait être ferme contre les multi- récidivistes. « sinon c’est qu’on a déjà baissé les bras » dit Paul.
– l’éducation dont les réformes bâclées continuent de décourager nos enseignants souvent courageux et volontaires mais de plus en plus désemparés. Cette enseignante de Cabestany qui ne veut pas qu’on la mette en avant déclare : «Nous subissons des réformes qui nous sont imposées sans que nous ayons notre mot à dire. Cela dresse les parents contre nous. Une situation absurde. Dresser les uns contre les autres est elle la marque de fabrique de ce quinquennat ? »
– la santé pour tous
– les libertés individuelles, politiques, religieuses, sexuelles, que chacun doit pouvoir exprimer de manière spontanée. « Mais nous n’avons pas à subir ce formatage de nos cerveaux, au travers des réformes dites « sociétales » de ce gouvernement, qui sont en réalité « scélérates » dit Maxime. " En d’autres temps et d’autres lieux, on appellerait cela de la "rééducation" , dit Marcelle.

Nous sommes pour le travail, le mérite, le progrès que procurent une science maitrisée et une recherche encouragée. Nous sommes pour la transition écologique « mais avant de fermer nos centrales nucléaires, ce qui n’est pas une mauvaise idée en soi, commençons par prévoir des alternatives et ne mettons pas la charrue devant les boeufs » dit Micheline.
Nous sommes pour la proprieté de ce que nous avons gagné de notre sueur.  "en philo, on m’a appris que la « propriété c’est le vol"  (selon Proudhon). Je défendrai toujours le peu que je possède, quitte à y perdre la vie,  dit Pierre.
Nous sommes pour la famille, le droit à la vie (mais pas à tous prix) et le respect de nos ainés.

« Nous avons abandonné certaines de nos valeurs que d’autres ont récupérées en allant à la pêche des idées qui leur faisaient défaut, s’en réclamant ensuite comme étant les leurs. N’avons nous pas concouru à affaiblir ces mêmes valeurs qui sont aujourd’hui trop souvent dévoyées ? », dit Paul-Jacques. Parmi nos dirigeants, ce sont les mêmes qui dénoncent le Front National mais n’ont pas fait ce qu’il fallait pour calmer nos angoisses nous poussant  ainsi dans ses bras, dit Raymonde. Un sondage de fin juin prétend que pour 80% des électeurs de Droite, l’opposition que forme notre camp n’est pas suffisamment à Droite.

La Droite Républicaine, à Cabestany comme ailleurs, est large, diverse et multi-forme. Des femmes et des hommes, organisés, solidaires, réunis pour attendre des jours meilleurs.Nous sommes des « ilots de résistance » : il faut tenir, durer, agir, montrer qu’on existe pour rassurer les citoyens qui pourraient se croire abandonnés. Ils ne le sont pas. Nous veillons et nous montons la garde. Nos élus, leurs co-listiers, les militants et sympathisants divers dans toute la population forment le gros du bataillon, et on recrute……

Peut on pour autant se déconnecter des partis politiques. L’histoire a montré, avec le Gaullisme, que c’était possible lors des périodes ou il n’y avait pas d’échéances électorales, mais que dès que celles ci arrivaient, tout redevenait vraiment très, trop compliqué. Et il fallait – en plus – un homme « providentiel ».

A Cabestany nous ne sommes donc ni « au dessus » des partis politiques, ni « à l’extérieur ». Et les partis nous semblent incontournables, au même titre que les syndicats ou les associations. Penser autrement serait utopique et il n’est pas question de nous en exonérer. Mais alors qu’il n’y a pas de grandes échéances électorales en vue, rien ne nous presse dans notre calendrier pour prendre position, au niveau régional ou national, pour telle ligne politique ou telle autre, qui serait incarnée par untel ou untel.

Au niveau municipal nous avons depuis longtemps notre propre ligne politique, claire, évidente, énoncée durant la dernière campagne, forgée au fil des années, défendue par "nos" élus, et n’avons pas besoin d’autres références. Et notre devise n’est elle pas « Cabestany d’abord » ? Les démocrates que nous sommes attendront patiemment et sereinement que les élections surviennent comme il était prévu. Et nous prendrons alors, collégialement, les décisions qui s’imposent, comme des femmes et des hommes de bonne volonté. C’est la démocratie.

Pour le moment, restons rassemblés et unis. Et continuons à être tout simplement ce que nous sommes : « nous mêmes ».

et bonnes vacances.

 

 

Une opposition constructive, efficace et compétente……. à Cabestany !

20 juin 2014 by
Colette, Patrick, Lydie, Phil

Colette, Patrick, Lydie, Phil

Une opposition – celle que nous incarnons à Droite  – constructive, efficace, compétente !

Telle est l’appréciation de nos adversaires concernant l’opposition formée par nos Conseillers de Droite. Une "sentence" que vous ne risquez pas de lire, demain, ni même jamais…  sans doute, dans votre Cabes’Infos habituel. Car la politique obéit à ses propres règles qui sont immuables. Déjà,  on commence par  taper sur la tête de ses « amis », et à gauche à Cabestany, on sait de quoi on parle. Alors, comment trouverait on encore le temps pour dire  du bien de ses « ennemis »……? !  Mais qu’importe. Et ce n’est pas ce qu’on cherche.

Les grandes vacances approchent. Il y aura encore un dernier Conseil le mardi 1er juillet à 18 h 30 et la vie municipale fera une pause. Ce qui n’empêchera nullement les employés municipaux de continuer à remplir leur mission. Et nos conseillers de travailler sur un certain nombre de projets en cours ou à venir. Et on attend les effets des promesses du Président de la république de « dématérialiser » : plus du tout  de papier,  d’enveloppes,  de timbres. Tout sera « en ligne » ce qui ne veut pas dire pour autant accessible à tous : dossiers, annexes, rapports, compte-rendus,  etc. On sait qu’à Cabestany, la mairie n’a pas toujours été « à la page », sans jeu de mots, mais nous prenons notre mal en patience !

Car nos Conseillers de l’opposition, Colette, Patrick, Lydie et Philippe ont pris leurs marques. Ils avaient déjà de l’expérience et connaissent mieux les arcanes du budget de la commune que beaucoup des nouveaux élus.  Ils étudient les dossiers, participent aux commissions, aux événements de la vie municipale, aux délibérations, aux conseils, et ce n’est une « abracadabrantesque » et lamentable histoire de photo retouchée qui pourrait modérer leur engagement et leur volonté.  "Errare humanum est !"  Mais, tout comme hier ou aujourd’hui,  nous ne laisserons rien passer à l’avenir !

Cela fait maintenant 80 jours qu’ils siègent depuis les dernières municipales et sont donc considérés désormais comme une opposition crédible, ce qui ne sous entend nulle connivence ou attitude tempérée. Et ils sont une réelle force de proposition. Dire qu’il pèsent, aujourd’hui – du moins de façon significative – sur la vie municipale serait  s’avancer. Mais leur avis est écouté et entendu autour de la table du Conseil. Pourquoi ne pas être confiants en l’avenir ? Nous avons l’habitude d’être positifs et nous sommes plus déterminés que jamais.

Arriveront ils,  pour autant,  à bloquer certains des projets qui sont dans les tiroirs de la municipalité. Ne rêvons pas trop. Ils se battront  jusqu’à leur dernier recours. Si la ville décidait de passer outre, l’opposition l’aurait prévenue, aurait fait son devoir, aurait tiré la sonnette d’alarme. A la majorité d’assumer ses choix devant le « citoyen ». Tout comme nous, nous assumons les nôtres.

Quand tant d’électeurs, pour les municipales, sont restés à la maison, et que même la liste gagnante ne peut se prévaloir d’avoir reçu l’adhésion  de la moitié des électeurs inscrits (45%), il eut été inconcevable de ne pas représenter les 1500 électeurs, à Cabestany, qui se sont déplacés aux urnes et nous ont fait confiance. Il serait impensable aujourd’hui de les décevoir. Et nous considérons que nous devons défendre leurs idées, et avons des comptes à leur rendre. Nombreux sont d’ailleurs les Cabestanyencs qui depuis les élections demandent à rencontrer nos élus pour leur exposer leurs problèmes, pour les encourager ou juste s’informer. Leur statut leur a donné une véritable légitimité : ils assumeront sans faiblir.

-o-

Vous nous posez de très nombreuses questions, dans vos mails quotidiens, sur les sujets les plus divers. La rédaction y répond – en direct – à vos adresses mails ou…. très souvent,  nous transmettons vos commentaires à nos Conseillers de l’Opposition qui se font un plaisir de le faire eux mêmes.

 Peut être, début juillet,  et avant de faire une pause sur notre Blog, ferons nous quelques réponses collectives dans un prochain article. On y réfléchit encore.

A bientôt.

 

Quand les hommes vivront d’amour …….. à Cabestany !

18 juin 2014 by

Nous sommes le 18 juin 2014 : 70 années sont passées depuis le débarquement en Normandie, ou en Provence. Perpignan sera libérée en Août. Tous pensaient que la victoire pourrait être célébrée avant Noël en cette année 1944. Il faudra encore une année de durs combats avant d’arriver à cette victoire finale.

A la mémoire de ceux qui n’ont pas pu voir ce jour espéré, et se sont sacrifiés pour nous.

Nous les honorerons ce soir, à Perpignan, square Bir Hakeim, à 18 h 30.

Lucien Garcia, notre concitoyen et ami, à Cabestany ! ….. mis à l’honneur dans l’Indépendant

16 juin 2014 by

Le 9 mars 2012, en la Salle Barboteu de Cabestany, lors de l’assemblée des ACPG-CATM présidée par le Président Robert Montoya, Lucien Garcia, un ancien combattant apprécié de tous, était décoré.

La "Droite Républicaine" était là.

Blog-Cabestany y consacrait même un article

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir

Lucien Garcia

Lucien Garcia

Au mur on pouvait voir un drapeau italien

drapeau italienet un sous verre contenant un document écrit de la main de Lucien Garcia

encadrementLe texte est disponible ci-dessous : il s’intitule "Le 17 juin 1944, l’armée d’Afrique s’empare de l’île d’Elbe"

Le texte de Lucien Garcia

-o-

indep

Aujourd’hui, lundi 16 juin 2014,  l’Indépendant Edition Catalane consacre une pleine page du journal à Lucien Garcia.

Intitulé : l"autre débarquement", ne ratez pas l’excellent article de Patricia Vedrenne, la correspondante de l’Indép à Cabestany

indep catalan page 11

indep catalan page 11

Le coup de "blues" de Max, vu depuis Cabestany !

9 juin 2014 by
Vu sur le Blog de Max Tandonnet

Vu sur le Blog de Max Tandonnet

Circonlocution littéraire, formule de rhétorique qu’on appelle le "pathos" ? : même si le dernier article de Max – sur son propre Blog – vous paraît pessimiste, nous, nous attribuons, cette vision, à un effet de style. Son style. Le style de "Max".

Car « Max » (Maxime Tandonnet) n’est pas un pessimiste au naturel, et il n’est pas du genre à jeter par dessus bord, la politique et les partis. Pas plus que nous, la Droite Républicaine à Cabestany !

On aura lu avec, toujours le même intérêt, sur son blog, le dernier écrit de « Max », en date d’hier, 8 juin, dont le titre est : « la trahison des partis, que faire ? ». Que devons nous faire, en effet, nous les citoyens ? Max, nous donne la réponse : la mobilisation citoyenne. Car plutôt que de baisser les bras, rejeter en bloc et par principe, la politique et les politiciens, ou se réfugier chez les extrêmes, on peut encore, on peut toujours se mobiliser. Défendre nos idées.

Il existe (c’est Max qui parle) un foisonnement d’associations, de blogs, de sites sur internet : d’échange d’idées, de réunions, de pétitions, de manifestations paisibles. Nous en sommes la preuve.

Blog-Cabestany ne donnera de leçon à personne. Le Blog de Max reçoit autant de visites, chaque jour, que le nôtre en un mois. Mais le nôtre existe – de nouveau – après ces municipales et si nous n’avons pas retrouvé le régime de croisière, la qualité de ce que vous nous écrivez remplace la quantité et nous satisfait.

Lorsque Max, écrit, sans du tout y croire : « là, je ne sais plus que faire…. », nous lui répondons. Continuez le combat des idées. Comme vous l’avez toujours fait. Comme vous continuerez à le faire. Comme nous. Comme ceux qui à Cabestany  ont le courage de continuer à se battre. Des sympathisants, des militants de Droite qui ont une vision – sans concession – de ce qui se passe à Paris. Qui sont lucides. Nullement naïfs, mais pas du tout résignés. Tout comme nos élus de l’opposition  à Cabestany, qui "font le boulot, qui vont au charbon".  Nous avons toujours su que nous pouvions compter sur eux. Ils ne demandent d’ailleurs aucunement qu’on les en remercie. Leur dire qu’on les soutient leur suffit.

Nous nous continuerons de fréquenter le Blog de Max et de le faire connaître à nos amis …… et aux autres ! Salut Max !

http://maximetandonnet.wordpress.com/2014/06/08/la-trahison-des-partis-et-que-faire/

-o-

 

La réforme territoriale (ou "nouvelle organisation territoriale de la République")…… à Cabestany

7 juin 2014 by

le titre de l’un des chapitres  est  :

"des régions renforcées pour un développement équilibré des territoires"

Nous vous livrons  – en avant-première – un document qui n’a rien de confidentiel et intéresse le "citoyen".  Nous l’avons déjà reçu il y a quand même plusieurs jours, et il est, sans aucun doute,  en possession de plus d’un élu ou journaliste,  mais on ne le trouvait pas alors sur Internet, si nous en croyons nos sources : il ne s’agit là, en aucun cas, d’une affirmation de notre part. Car nous n’avons pas perdu notre temps à vérifier. On a préféré prendre le temps ….  de le lire ! 

Ce document est la fameuse réforme des départements et des régions dont on vous parle tous les jours dans les médias et à laquelle on ne comprend pas tout…. et même pas grand chose.

87 pages d’un texte que vous lirez si vous êtes courageux, et qui est le projet de loi qui serait présenté en juillet au parlement. (pas en même temps que le foot ?)

Sans fausse modestie, nous ne sommes pas vos professeurs et vous n’êtes pas nos élèves. On vous fera grâce d’explications sans doute bien maladroites (mais bien à Droite)  qui de toutes les façons seraient partisanes.

On a quand même noté en bas de la page 16 : "un débat sera engagé sur l’avenir des départements"

Vous lirez également que l’on y parle – entre autres – du transfert des collèges, actuellement gérés par les Conseils Généraux, vers les Régions.

Et les agents territoriaux, du moins ceux qui se sentent concernés,  le liront avec attention, car on y parle de leur propre transfert vers la région.    Etc….. etc…… 

Nous, la Droite Républicaine à Cabestany, ne voyons pas en quoi, il devrait être réalisé des économies dans ce projet. On dira même, et il ne s’agit aucunement de provocation, que toute réorganisation à un coût élevé lors de sa phase de mise en application, et que les agents ou nos élus ont sans doute mieux à faire que de passer leur temps en réunions,  "comités de coordination inter-région", même si par la suite on devait en attendre du mieux, et on ose espérer que ce sera le cas. 

Enfin on notera qu’aucune carte des nouvelles régions n’est annexée à ce projet.

Si le coeur vous en dit, vous trouverez le lien – ci-dessous –  vers ce document en PDF que l’on a renommé et   qu’on a stocké  sur l’un de nos sites "in the cloud",  mais que Google devrait vite faire rebondir sur la toile.  Et bon week end…. quand même !

Projet de loi 2014 portant la nouvelle organisation territoriale de la république

Tea-time à "Pegasus Bridge", le 6 juin 1944

6 juin 2014 by
Embleme de la 6th Airborne

Emblème de la 6th Airborne

"Pegasus Bridge" : le pont de Bénouville, entre Caen et les plages du débarquement. Un lieu hautement stratégique pour les alliés et la suite des événements à la seule condition qu’il demeure intact, ce qui est un pari fou et  insensé.  Il doit ce surnom à un commando de la 6th Airborne Division (6° division aéroportée britannique) qui portait le nom et l’emblème ailé (Pégase)  et qui était chargé de s’en emparer sous les ordres du major John Howard dans la nuit du 6 juin 1944. 

Arrivés de façon plutôt brutale,  en planeurs, les commandos anglais mettent le pied sur le sol français parmi les tout premiers combattants alliés,  en ce 6 juin 1944,  à 00 h 20. L’obscurité est totale. Dès l’aube, à peu près à l’heure où débarquent sur la côte, à seulement quelques kilomètres de là,  les 177 français du commando Kieffer (cf. un de nos  anciens articles), de part et d’autre du pont, se déroulent d’âpres combats entre soldats allemands et anglais. Ils dureront toute la matinée.  Les allemands, qui n’arrivent pas à faire exploser les nombreuses charges qu’ils ont installées sur le pont,  essayent de le détruire  en le faisant  bombarder par leur aviation. Une énorme bombe larguée par un Junker 88 touche le pont de plein fouet, …. ricoche sans exploser, rebondit et tombe dans la rivière.  Un signe ?  Le pont sera définitivement pris,  traversé et sécurisé peu avant midi, ce jour là.  Le message codé, inespéré,  envoyé pour confirmer que le pont est pris et surtout intact consiste en ces trois mots qui passeront à la postérité :  "Ham and Jam"  (du jambon à la confiture).

Les français du commando Kieffer, qui ont délivré dans la matinée la petite cité balnéaire normande de Riva Bella, et pris son Casino, siège du Quartier Général allemand,  au prix de très lourdes pertes, font leur jonction avec les anglais ce même 6 juin 1944 dans l’après midi, après avoir traversé - mais dans l’autre sens -  "Pegasus bridge".

Il y a bien là un petit café, qui deviendra plus tard un lieu de pélerinage  touristiquement célèbre, vite transformé, ce 6 juin,  en infirmerie, et où plusieurs blessés français recevront d’aillleurs des soins prodigués par les britanniques. Les maigres réserves de Calvados ont déjà été utilisées en lieu et place d’alcool médical.

Les Français étaient attendus et ils  sont chaleureusement accueillis par les britanniques….  au son de la cornemuse et …… autour d’une tasse de thé (!).

Tout un symbole !

La réforme "pour rien" ou la réforme inutile, écrit "Jean" à Cabestany !

3 juin 2014 by

Démocratie

"Jean", qui écrit pour d’autres blogs plus consultés que le nôtre, nous offre ce texte "en primeur".

-o-

La réforme inutile

Je vous parle bien de la réforme des régions, un projet qui est « spectaculaire » car le pouvoir l’aura souhaité ainsi, en utilisant le poids des médias qui ont l’impression de traiter pour une fois un grand sujet. Un projet qui aux yeux des français se doit d’apparaître comme une « grande réforme » mais qui ne touchera que quelques baronnies d’élus. Et plus les élus hurleront, et se sentiront « humiliés », plus le citoyen, amusé ou abusé, s’imaginera qu’on a taillé dans le vif. Du trompe l’œil ou du trompe « couillon » ?

Car il s’agit là d’une réforme à minima, la moins importante que l’on pouvait imaginer et faire quand la situation est tellement dégradée mais que l’on a pas l’envie de s’en occuper. Et qu’on préfère mettre la poussière sous le tapis plutôt que se sortir l’aspirateur du placard. Un tour d’illusionniste qui n’apportera rien à personne, sinon faire couler de la salive. Et n’aura aucun effet sur les finances publiques, ou si peu. Mais entre Toulouse et Montpellier,  on imagine déjà le bordel !

Car elle est à l’envers cette réforme. Il fallait d’abord travailler sur « qui fait quoi ».  Partir du bas. Évaluer les besoins. Faut il regrouper, à l’arrière, les états majors des généraux sous la même tente ou plutôt veiller à ce que les soldats qui sont en première ligne aient de bonnes chaussures et des munitions, et leur déterminer clairement leur mission. Au Mali, il se dit que le marché des amulettes et des gri gri n’a jamais aussi bien marché, et pas que chez nos ennemis.

Est il vraiment nécessaire que dans une certaine région (qui n’est pas les P.O. mais est ce si différent chez nous ?) entre les Agences, Organismes, Structures diverses, Services Ministériels, Régionaux, Départementaux, Locaux, on puisse trouver ONZE organisations qui s’occupent de l’EAU (approvisionnement, ressources, qualité,….). Quand tous ces fonctionnaires, dans leur coin, et qui font sans doute correctement leur boulot, n’ont aucun lien entre eux. Quand deux services ou plus travaillent sur le même projet sans le savoir et sans se concerter. Quand ils se servent de logiciels différents, incompatibles, sur des critères différents. Quand le ministre, bousculé par son emploi du temps, et qui un matin se retrouve pressé de prendre une décision, au lieu de consulter les rapports de ses services, fait appel, dans l’urgence, moyennant finances sonnantes et trébuchante, à un Cabinet de Consultants Privés qui lui sort un rapport dans la précipitation. Mais cela m’aura permis de vivre et même bien vivre. Le même ministre, au moment de prendre sa décision finale, s’en remettra finalement à une directive Européenne.
Tout cela ne donne aux fonctionnaires sous ses ordres, que le sentiment de faire un boulot inutile, de ne pas être pris en compte, et de les démotiver.

Dans une autre région, NEUF structures traitent de l’Environnement ? (ensuite 15 ou 20? après la fusion des régions) Et on pourrait continuer comme cela jusqu’à demain.

Faut il sabrer dans les effectifs des fonctionnaires ? Quand on sait que d’ici 10 ans, classe d’age oblige, 30% des agents auront demandé leur retraite. Et qu’il faudra bien en remplacer ne serait ce qu’une partie. Mais en les recrutant selon leurs compétences, et non en faisant abstraction du "profil", simplement pour faire baisser les chiffres du chômage !  Que l’on a pas trop d’infirmières. Et qu’il faudrait davantage de juges, de policiers. Tout cela est le merveilleux prétexte d’un débat stérile et purement abstrait entre nos politiciens.

Et les municipalités, au fur et à mesure qu’elles se voyaient retirer des compétences par les agglos, étaient elles obligées d’embaucher autant, sinon plus, de leur côté, que ces mêmes agglos ?
Si ce n’est pas là du clientélisme ? De toute façon le citoyen passera à la caisse et on lui racontera des bobards dont il se dépêchera de convaincre lui même son voisin pour se sentir moins seul. Je ne vise personne ! Suivez mon regard.

Faut il, délocaliser les fonctionnaires, les faire déménager eux et leurs familles, les regrouper quelque part dans une grande tour, quand DEJA avec les réseaux électroniques, on pourrait travailler depuis chez soi.

Pourquoi ne pas agir avec bon sens ? Il serait si simple de redéfinir la mission de chacun, lui redonner l’initiative, le responsabiliser. La majorité des fonctionnaires ne demande que cela !

ON PEUT REFORMER LA FRANCE EN PROFONDEUR ET EN DOUCEUR, sans opposer les uns aux autres, sans martyriser les uns ou les autres, en asservissant la technologie à l’humain. Sinon à quoi tout cela servirait il ?

A la seule condition d’envoyer nos hauts fonctionnaires jouer au golf l’après midi, demander aux organisations syndicales de ne pas s’opposer pour le principe et se montrer incontournables par peur d’inutilité et à nos élus de la fermer quand ils n’y connaissent rien et ne raisonnent qu’en fonction de leur ego. Mais est ce finalement le citoyen qui bloque le système ou celui qui prétend savoir ce qui est bon pour lui ? Quelle condescendance ou quel mépris, au choix, pour celui qui paye et n’a d’autre droit que de la fermer.

Mais réformer, en bien, est il vraiment possible dans cette France qui se complait dans son bocal de formol ? Changer ce qui va bien est tellement plus simple. Quand tous ceux qui pourraient améliorer les choses, traînent les pieds, font de l’immobilisme et ne pensent qu’à leur petit pouvoir (ou réélection). On n’est jamais trahi que par les siens. Notre Président ne fera pas mentir cet adage dans cette réforme à l’envers qui lui permettra de se gargariser, de se mettre en valeur, et de nous prendre un peu plus pour des imbéciles !
-o-

POSTMASTER : « Jean », ancien Consultant chez A…….., nous avait déjà envoyé un commentaire sur la réforme de « la Poste » en 2010. Un sujet sur lequel il avait travaillé, beaucoup et en pure perte, disait il,  en se montrant intarissable. On doit bien l’avoir archivé quelque part "in the cloud" et on le ressortira bien à l’occasion. Et : « C’est vous qui le dites ! »

Est ce vraiment l’Europe qui était au centre des élections d’hier…. à Cabestany !

26 mai 2014 by

On a déjà reçu plusieurs commentaires concernant les élections d’hier.

On en recevra d’autres.

On n’en fera pas un roman, mais nous avons retenu le premier mail reçu à la rédaction. Une prime à la rapidité. Un encouragement en quelle que sorte. D’un internaute qui ne nous aime pas, dit il. Peu importe, il n’y a pas de censure sur notre Blog.

Mais cet internaute qui s’exprime librement pose une problématique qui nous interpelle.

Et si hier ce n’était pas l’Europe qui était au centre de ces élections ?

Chacun en pensera ce qu’il voudra. Et on ne rajoutera pas nos commentaires à tout ce qu’on a déjà pu lire depuis hier soir.

Et surtout…….. "c’est vous qui le dites"

-o-

José écrit :

Je n’ai pas de chance de passer sur votre blog. Mais je dis ce que je pense. Je n’aime pas la droite ni ceux qui sont de droite. Aucune chance de voté pour vous aux municipales. Mais Hollande est pire que Sarko car il nous a trompé. Hier ma douce a voté Melanchon et moi Marine. Et je hais le Front Nationale. Contremaitre du batiment c’est a dire chef de chantier sous payé je travaille chaque jour sur 50 personnes avec 15 sans papier et ca dure depuis que je travaille il y a 20 ans. Plus des détachés des intermittens permanents des salaries pretes par ceux qui ont raté le marché et j’en passe. 15 sans papier qui ne sont jamais emmerdé par la dame de l’administration qui telephone au patron avant de venir. Elle passe un quart d’heur et trouve toujours un petit quel que chose sur les balustrades pour justifier sa visite. 15 sans papiers de l’est ou du sud de partout qui ont leurs nombreux enfants a l’ecole qui touche des allocs via la maman. Dans ses gens il y a ceux qui veule que leur enfants exige du hallal a l’ecole que j’aie un tapis de priere dans la caravane et j’en passe. Personne ne veut manger avec personne. Tout le monde parle sa langue veut garder sa culture mais ils sont tous ensemble pour cracher sur la france. On fabrique la yougoslavie en france. Sauf quand ils ont les papiers ils vont aux assedic. Personne de nos dirigeants ne fait rien mais si on les ecoute c’est a cause de l’europe. L’europe on s’en fous. Le probleme il est chez nous et quand on votent fn c’est pour dire que la france est un vaste bordel a l’abandon avec des politique qui ne pensen qu’ a leur gueule. Je connais des macons electriciens qui savent bosser et sont au chomage. Mon fils aine est au chomage. Ma femme qui a son bac travaille dans le menage le matin de bonne heure et le soir tard pour des clous. Il ny a pas de securité dans la rue on paye pour les autres tout fous le cam. La nuit quand je n’arrive pas a dormir que je fait un tout sur le chantier pour voir qui vole mon ciment. Personne ne sera jamais pris personne ira en prison et on en mettra moins dans le beton. Ca ne peut plus duré mais c’est pas l’europe qui est en cause. C’est chez nous. Peut etre que marine au pouvoir fera pas pire ou fera reflechir sur ce qu’il faut faire puisque tous le monde laisse tout a l’abandon en disant c’est a cause de l’europe

POSTMASTER : Oui, "c’est vous qui le dites"

Résultats des Européennes à Cabestany (Pyrénées Orientales)

26 mai 2014 by

résultats

Info ? Intox ? la guillotine serait elle de retour à Cabestany !?!?!?

25 mai 2014 by
photo de l'Indép Catalan du 25 mai 2014

photo de l’Indép Catalan du 25 mai 2014

Aujourd’hui dimanche, de bon matin,  l’un de nos fidèles internautes, identifié, connu, crédible,  nous appelle et nous dit : « on a effacé la tête de Colette Appert, sur la photo parue dans l’Indép ce dimanche concernant un évenement à Cabestany ». « Vous pouvez répéter !? » est notre réponse.

Nous appelons des personnes que nous connaissons et  qui sont sur la photo et qui nous disent qu’il leur « semble » en effet qu’au moment où la photo a été prise Colette était dans le groupe et qu’elle semble s’être volatilisée !

Loin de nous, de porter des accusations sans preuves, et de semer le doute dans les esprits. Mais, dans la mesure où les personnes qui nous parlent pensent que l’Indépendant « est dans le coup », cela nous chiffonne et nous ne pouvons laisser passer cette histoire. Une vieille réaction  corporatiste qui refait surface !

Jamais, et nous l’affirmons sans restriction, des journalistes professionnels ne se livreraient à une telle facétie. Et ils en sont, si cela est véridique, les réelles victimes. Car rien ne les obligeait à publier cet article. Ils sont bien plus concernés que notre amie Colette, pour laquelle les vicissitudes de la politique sont désormais sans effet, qui en a vu d’autres, et qui n’a pas l’esprit chagrin.

Mais, ce matin elle tombait des nues. Elle était sur le terrain car c’était journée d’élections. Son téléphone portable n’arrêtait pas de sonner. Elle n’avait pas vu l’Indép et ne comprenait rien à ce qu’on lui racontait. Mais elle finissait par nous déclarer en pouffant de rire : « si tout cela est vrai, quelle énorme c…….. (bêtise) ! »

Si la photo qui est parue dans l’Indép, – c’est du conditionnel – a été retouchée, cela ne peut qu’avoir été fait avant qu’on la donne à la rédac. Et nous prenons la défense de la Rédac de l’Indép !.

Alors, info, intox. Dés lundi matin Colette, va faire son enquête. Elle serait même en droit de saisir la justice.

Nous passons notre journée au téléphone (sans oublier d’aller voter !)  Interrogées, nous comprenons vite  que les personnes qui nous ont parlé seraient réticentes  à témoigner devant un magistrat.  Nous comprenons leur embarras. S’il fallait les convaincre, on ferait ce qu’il faut.  Mais retrouverons nous l’original de cette photo ?

-o-

Nous ne sommes pas partis en croisade contre qui que ce soit, nous n’y voyons nul intérêt, mais faisons simplement confiance à des internautes qui ne nous ont jamais trompés et nous demandent de défendre "leur" part de vérité. Des internautes que nous ne voulons pas voir  faire porter le chapeau à n’importe qui. Ce ne serait pas juste.  Nous ne voulons que la vérité.

Et si qui que ce soit, se sent indument offensé par cet article, nous lui accordons un droit de réponse immédiat qui sera diffusé au bas de cet article. Il suffit de laisser un commentaire. Mais nous vérifierons son identité !

-o-

Quant à nous, qui ne portons d’accusations contre personne, nous conclurons simplement en disant que Robespierre qui a fait tomber tant de têtes a fini par perdre la sienne et que si quelqu’un  – dont nous n’avons aucune idée – et que nous désignerons par « X » veut jouer avec la déontologie, l’éthique, la vérité, il pourrait bien se bruler les ailes à son propre jeu.

S’il s’agit d’une simple « erreur », une c……., comme le dit Colette, nous supposons que le ou les fautifs ne recommenceront sans doute pas. Mais que l’Indép doit défendre son honneur. Ce que nous faisons par solidarité avec la presse, quelle que soit les opinions des uns ou des autres. Car cela ne va pas dans le sens de la crédibilité qu’on doit accorder aux médias et nous le déplorons.

-o-

Pour Blog-Cabestany, l’incident est clos ! Et vous pouvez retourner voir les résultats électoraux de cette journée, qui loin de nous faire nous gargariser, à droite,  au contraire, nous attristent !


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.