« K baise t’Annie », ….. labes bono ? Chouya !

5 février 2016 by

                                                                          collège                                                                                                                          

  La réforme de l’orthographe :

La dernière idée la plus lamentable, la plus pitoyable, la plus extravagante de la sinistre de l’Éducation Nationale (de la Raie Publique)

Cabestany pourra désormais s’appeler « K baise t’Annie », dit l’une de nos concitoyennes qui se dit effarée.

Elle aura appris le français, l’orthographe et la grammaire à trois générations de petits Cabestanyencs à Pablo Casals, (et peut être à vous qui nous lisez),  fait des dictées, enseigné sans compter ses heures de rattrapage scolaire auprès d’élèves en difficulté,  pour découvrir cette réforme d’abrutis. Je suis écœurée. On le serait à moins.

Si ce n’est pas du nivellement par le bas ? Si ce n’est pas du mépris vis à vis des enseignants ? Si ce n’est pas rabaisser la langue française ?

J’ai envie de déchirer ma carte d’électeur, dit elle.

NOM, cil vou plé, nan fêtes rien !

-o-

Vos élus de la Droite Républicaine communiquent !

4 février 2016 by

conseillers

Nos élus auront déjà eu l’occasion de présenter leurs voeux aux Cabestanyencs, dès le 1er janvier, via ce blog ou de bien d’autres manières mais nous avons reproduit leur tribune qui apparaitra dans le prochain numéro du Cabes’Info de la municipalité.

Colette APPERT, Patrick SPERRING, Lydie ROGER et Philippe GLEIZES, du groupe de la Droite Républicaine vous souhaitent à tous une excellente année 2016. Nous espérons que cette nouvelle année qui démarre sera moins douloureuse que celle qui vient de se terminer.

Nous avons assisté lors des élections de 2015 à une brève histoire d’amour entre les forces de gauche, surement l’idylle la plus courte de l’histoire afin de conserver leurs fauteuils dorés.

Bienvenue à l’année 2016, une année sans élections nationales ou locales. Nous espérons que cette année sera une année de travail pour tous les élus dans l’intérêt de tous nos concitoyens. Nous sommes loin de ces magouilles politiciennes et au-delà de notre étiquette nos décisions ne se font que pour un seul parti : CABESTANY.  Il suffit pour cela tout simplement de se retrousser les manches, tirer les conclusions des analyses faites et entendre le message sorti des urnes. Notre vœu le plus cher c’est qu’enfin les élus comprennent que chaque Euro gaspillé est un Euro détourné de sa destination à savoir le bien public car celui-ci est issu de notre porte- monnaie.

A Cabestany plane la décision d’augmenter pour la deuxième année consécutive les taux de 5 %. A nos yeux ce n’est pas la solution. Cette course en avant est néfaste pour le devenir de notre commune. Certes les dotations de l’État vont continuer à diminuer de plus belle, mais nous sommes convaincus que VOUS Cabestanyencs, vous avez des idées et des solutions exploitables pour que les économies soient réelles. Nous savons que de nombreuses pistes existent. Il suffit d’avoir le courage politique de les prendre. L’avenir de nos enfants en dépend.

(et encore)
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2016 A TOUS.

signé : Colette APPERT

Rien ne va plus, à Cabestany ! Le Zika plane déjà sur la mairie ?

3 février 2016 by
"c'est dans l'Indép"

« c’est dans l’Indép »

Dans l’Indép, on pouvait lire aujourd’hui sous la plume de Frédérique Michalak

«  » Le Sydetom répond  : Lors de ce même conseil, le vice-président Robert Vila a interpellé le maire PC de Cabestany Jean Vila sur son «incohérence» de position sur des augmentations de taxes de traitement d’ordures ménagères (notre édition d’hier). Le président du Sydetom, Fernand Roig veut préciser : «Au-delà de toute politique politicienne, le Sydetom66 étant un syndicat départemental, je tenais à stipuler que le coût du traitement des ordures ménagères (de la CU) n’a pas augmenté mais considérablement diminué.
En effet, le prix à la tonne incinérée, qui constitue la seule recette du Sydetom, est passé de 151 euros en 2011 à 132 euros en 2015, ce qui représente pour (la CU) un coût total pour le traitement de 13977 € en 2011 contre 12196 € en 2015, soit une économie de 12,75%. Si certains élus ont des problèmes à régler avec leurs collègues qu’ils aillent sur un autre terrain.» «  » »
F. Michalak

Postmaster : Le système Vila (le nôtre) a du plomb dans l’aile à moins que ne soit déjà les effets du Zika ? On va encore alourdir les dépenses en jetant le Cabes’Infos dans la poubelle jaune. Mais cela vaut il vraiment la peine de continuer à imprimer cette revue qui ne nous apporte rien et par conséquent ne sert à rien, sauf à nous désinformer et travestir la vérité, quand une simple page suffirait amplement ?

Les zones humides maintiennent notre planète vivante et saine !

3 février 2016 by

Et de Leucate à Saint Cyprien, nous vivons dans l’une de ces zones humides.

Du 30 janvier au 7 février 2016 ont lieu les Journées Mondiales des Zones Humides (JMZH). Pour la 12ème année consécutive en Méditerranée, tous les acteurs des zones humides se mobilisent pour faire découvrir aux petits comme aux grands les richesses des lagunes, des marais littoraux, des cours d’eau…

Retrouvez toutes les animations autour du thème « les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables » dans leur programme pour la Méditerranée !
http://www.pole-lagunes.org/actualites/infos-des-lagunes/dernieres-actus/programme-des-journees-mondiales-des-zones-humides-2016

Zones Humides

et lisez ou téléchargez leur PDF suivant :

Zones Humides 2016

et enfin vous avez l’opportunité d’assister à  la Conférence – ouverte à tous – ayant pour thème : « l’étang de Leucate et les zones humides de notre littoral », organisée vendredi, le 5 février, de 18 h oo à 21 h 00 dans l’auditorium de CREM au Barcarès. Il y sera projeté un film. Et les spectateurs pourront poser des questions ou dialoguer avec les organisateurs à l’issue de la conférence.

http://rivage-salses-leucate.fr

AVIS : ces informations nous ont été communiquées par des citoyens locaux que nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer,  défenseurs de l’écologie, apolitiques,  qui nous demandent de préciser qu’ils n’ont rien à voir avec un certain parti politique du même nom, dont l’inaction,  et l’inefficacité frisent des sommets inégalables dans notre département des PO en ce qui concerne les problèmes d’environnement. Au point de l’interpréter, toujours selon eux, comme plus que de la complaisance. « c’est vous qui le dites ». Mais le parti dont vous parlez semble en effet être en train de sombrer pour ne s’occuper plus que de politique, à la gauche de la gauche, et avoir abandonné la défense des territoires où nous faisons naitre nos enfants.

Si vous avez raté le JT sur FR3 Catalan, ce soir lundi : Élection de François Lietta !

2 février 2016 by

Les images de l’élection interne du parti « Les Républicains », ce soir lundi 1er février 2016 au JT de 19 h 20  sur FR3 supplément Perpignan. Cela se déroulait samedi dernier 30 janvier au Palais des Expos. Pour ceux qui n’auraient pas regardé la télé ce soir. Pour le son, vous pouvez toujours faire une réclamation à Youtube ou vous cotiser pour qu’on rénove notre matos ! Amitiés à tous, à Maïté, à Colette et à tous les autres. Et bravo à François.

Prochain Conseil Municipal mardi 16 février à Cabestany !

1 février 2016 by

A 18 heures 30

Affluence record, aujourd’hui samedi, pour désigner les instances du parti « Les Républicains »

30 janvier 2016 by

 

Colette Appert et Patrick Sperring scrutateurs de l'élection

Colette Appert et Patrick Sperring scrutateurs de l’élection

Autour de Colette Appert, élue très rassembleuse à Cabestany, et de ses co-listiers,  il n’y a pas que des militants du parti «Les Républicains » puisque l’on connaît des Valoisiens, des Gaullistes, des Centristes, et l’on pourrait aussi en énumérer bien d’autres. Et tous ne sont pas en-cartés. Mais l’élection des instances du parti majoritaire à Droite, aujourd’hui,  était un événement.

Chez Blog-Cabestany où la diversité est à peu près la même, ceux d’entre nous qui étaient à jour de leur cotisation se retrouvaient à deux pas du Palais des Expositions, dans un bureau de vote qui regroupait plusieurs circonscriptions.

Toute la journée l’affluence aura été maximum et il fallait à certains moments plus de 20 minutes pour accomplir le circuit des quatre urnes où il fallait mettre quatre bulletins de couleurs différentes. Tout était bien organisé, fléché, balisé, mais si on compte le nombre de fois où l’on aura quitté sa file d’attente pour aller discuter avec nos amis de Baho, du Soler, ou d’ailleurs qu’on avait pas vu depuis un moment comment s’étonner qu’on y ait passé presque la journée entière.

Il fallait désigner ceux qui allaient siéger dans des instances différentes et en plus choisir notre futur(e) Président(e). Mais cela ne ressemblait guère à un affrontement entre nos deux amis candidats pour le poste. François Lietta, infatigable, débordant d’idées et excellent Président des Jeunes Républicains, qu’il est toujours difficile de contrer dans un débat oratoire avec nos adversaires de gauche, et Maïté Sanchez-Schmid, ex-Député Européenne, assidue, organisée, travailleuse acharnée, qui se sera fait remarquer pour l’excellence de sa production législative à Bruxelles, et qui a, tout comme son compétiteur, une vision d’avenir pour notre département.

Quant à choisir au nom du capital sympathie, là encore c’était mission impossible et si on préfère compter leurs points communs plutôt que leurs points de divergences durant leur campagne, au moins sommes nous assurés que tous deux pourront travailler à l’avenir en parfaite harmonie. Et partout où leurs deux noms figuraient sur une même liste, on aura coché les deux cases.

Colette Appert et Patrick Sperring étaient des scrutateurs attentifs de cette élection. Et il n’y manquait sans doute qu’un bar (à jus de fruits) tellement on y retrouvait nos voisins, nos amis ou connaissances de Cabestany. Au point d’entendre l’un de nos élus du département dire, en nous faisant un clin d’oeil, et de façon complice et amusée : « Tout Cabestany est là ! »

A l’heure où nous mettons en ligne, on ne connaît pas les résultats. Mais on est sur et certain que ceux qui auront remporté ces élections sont nos amis.

« Votre avis nous intéresse » à Cabestany !

29 janvier 2016 by

Sans doute une nouvelle rubrique parmi celles que nous animons sur Blog-Cabestany…… sauf que celle-ci est à l’initiative de nos élus de l’opposition représentant la Droite Républicaine.

Et que nous somme bien placés pour en parler car durant l’été dernier, avec ces mêmes élus, leurs co-listiers, leurs militants et sympathisants, plusieurs d’entre nous ont arpenté le pavé avec le chapeau de paille et la bouteille d’eau dans la poche, et vous ont questionné dans les rues de Cabestany, à Mas Guerido, à l’arrêt du bus au Centre Culturel, devant la poste, dans vos commerces, ou même chez vous, et généralement vous nous avez accordé quelques minutes de votre temps avec gentillesse et intérêt.  On a bien dit « généralement ».

Et avant que Monsieur le Maire, comme il l’a promis lors de ses voeux , ne fasse son fameux référendum dont on connait déjà les résultats (ne nous demandez pas comment) et nous dise que vous êtes heureux à 122% (?!)  de l’augmentation des impôts à Cabestany et que vous trouvez même que vous n’en payez pas assez. 

On vous rappelle quand même, ci-dessous,  les résultats de celui auquel vous avez donc aimablement participé.

Et on est désolé de sortir cet article en cette période où la municipalité doit avoir un gros chagrin avec le départ vélocipédique de notre « garde des sots » ! Mais à Paris, elle risque moins sur sa bécane que si elle roulait à Cabestany sur les innombrables racines des arbres qui déforment nos rues et sur lesquelles, moins habituée que nous, elle se serait déjà cassée la g…… ! 

Et vous pouvez cliquer sur l’image ci-dessous pour l’agrandir

QUESTIONNAIRE

Prochain Conseil de la communauté urbaine le 1er février

27 janvier 2016 by

ODJ_conseil_de_communaute_du_1_er_fevrier_page_001ODJ_conseil_de_communaute_du_1_er_fevrier_page_002ODJ_conseil_de_communaute_du_1_er_fevrier_page_003

Christian est « indigné » à Cabestany !

24 janvier 2016 by
encore raté !

encore raté !

CHRISTIAN dit : Messieurs les droitistes de Blog-Cabestany je suis indigné par cette lettre ouverte (dont vous avez omis de parlé) du Front de Gauche 66 aux parlementaires de la Gauche comme de la Droite  pour leur demander de ne pas voter la reconduction de l’état d’urgence. Outre pour de mauvaises raisons mais la Gauche de la Gauche en a t’elle jamais eu une seule qui soit bonne on lit ces mots : »elle incite à des comportements pour le moins nauséabonds qui nous rappellent de tristes périodes ». On aimerait avoir lu dans leur lettre leur rejet des actes antisémite qui rappelle justement ces périodes. Parce que soutenir comme l’ont fait les communistes le pacte germano-soviétique n’était pas nauséabond ? Parce qu’en matière de libertés les staliniens nostalgiques du goulag qui ne se sont jamais résolu à changer de vision politique comme à Cabestany auraient des leçon à nous donner en matière de libertés et de démocratie ? Parce qu’en matière de déchéance de nationalité ils oublient le décret du 17 février 1940 prononçant celle de Maurice Thorez pour « désertion en temps de guerre ». Il faudra attendre mi 1941 que les nazis envahissent le Russie pour que les communistes changent d’avis. J’appelle cela du retard à l’allumage. Quand à l’une de leur égérie une certaine Clémentine qui n’est surement par son vrai prénom mais plutôt la taille de son cerveau elle estime que de s’émouvoir devant les gestes sexuellement déplacés sur les femmes à Cologne est de l’instrumentalisation. Il est vrai qu’après tout on a brulé personne comme à Vitry avec Sohane. Nos mères nos femmes nos soeurs nos filles ont l’impression que cette gauche a déjà choisi son camp et se trompe de cible. Cette passoniaria  de tweeter : »Entre avril et sept 1945, environ 2 millions d’Allemandes ont été violées par des soldats. La faute à l’islam ? » Non en effet mais au fait qui étaient donc les violeurs et d’où venaient ils ? Si tout cela n’est pas nauséabond ! Et si la gauche de la gauche n’est pas en train de nous ramener à l’obscurantisme par le discours le plus minable qui soit et……………………………..

POSTMASTER : Désolé Christian, mais si on devait parler de tout ce qui est nul et sans aucun intérêt, on n’en finirait plus. Cette lettre étant un sommet de ce que peut être la bêtise humaine….. ou de la communication ratée. De la « cancritude » ! Nauséabond, dites vous. Assurément mais tellement lamentable et plus que pitoyable, quand la Gauche écrit à la Gauche !!!!! « Bonsoir les Delga » ! Que représente encore cette espèce en voie de disparition qu’est la Gauche de la Gauche aujourd’hui ? Mais vous avez raison, elle s’accroche désespérément et elle est de plus en plus agressive, inutilement, nous dévoilant ainsi sa virulence, son pouvoir de nuisance et son côté obscur… ou sa nullité ! Quand on pense à ces socialistes de notre Conseil Municipal qui paraissent comme envoûtés. Et que dire de ce media, qui a peut être mal copié-collé le texte original que nous, nous,  avons lu sur le site du Front de Gauche et qui laisse croire que ce devoir raté ne s’adresse qu’aux seuls élus de Droite. A moins qu’il n’y ait plusieurs versions ? Ou que ce soit les brouillons qui circulent. Et là c’est franchement de la « nullitude ». Enfin chez Blog-Cabestany, il y a aussi des dames et pas que des messieurs, mais tous s’inquiètent, comme tout citoyen de bon sens,  de ce que l’on puisse banaliser les violences faites aux femmes et estiment que la gauche de la gauche n’en sort guère grandie. Merci de votre intervention.

RSA : le billet d’humeur politique de Gersende à Cabestany !

22 janvier 2016 by

La France est elle réformable ?

Ne stressez pas, Le capitaine est à la barre !

Ne stressez plus, le capitaine est à la barre !

« La France est elle réformable ? » n’est pas le titre de mon article, un billet d’humeur autant politique qu’économique, car j’annonce la couleur. Mais un constat généralement fait par les politiques ou les médias sur cette soi-disante impossibilité de faire bouger les lignes. Sauf qu’on ne sait pas vraiment ce que nous les citoyens en pensons. Et il est tellement facile à nos politiques de parler en notre nom et à notre place. Certains affirment que nous – les français – sommes « indécrottables »  et qu’il n’est pas possible, à cause de nous, de vouloir essayer de réformer notre pays : ce qui est un prétexte pour ne rien faire. Et que dire de certains syndicats rétrogrades qui n’ont plus la confiance des salariés comme on nous l’explique au JT. On devra bientôt les contourner et discuter directement avec ces mêmes salariés, ce qui ne sera guère facile. Mais comment avoir encore de la considération pour des syndicats qui ne font plus leur boulot et sont devenus des partis politiques qui ne songent qu’à saper la démocratie plutôt que de nous défendre. Ceux qui empêchent la FNAC d’ouvrir le dimanche ne sont ils pas, eux,  indécrottables ?

Blog-Cabestany m’a demandé de rebondir sur cet article de l’Indép concernant le RSA, un sujet sur lequel j’avais déjà écrit en 2015 sur ce même blog.

Car le système actuel de financement n’est plus tenable pour les départements. En tout cas s’agissant du RSA, qui continue de progresser, tandis que la part prise en charge par l’État continue de diminuer. « Nous sommes extrêmement inquiets pour les dépenses départementales d’action sociale », pouvait on lire dans un récent rapport annuel de l’Observatoire National de l’Action Sociale (Odas).

Et si l’on prend comme référence l’année 2001 dans tous les graphiques ou tableaux que l’on nous soumet c’est que cette année 2001 aura en effet marqué une rupture dans le rythme de croissance de cette dépense transformant, entre autres, les départements en ce qui ressemble à des pseudos caisses de sécurité sociale, ou organismes d’assistanat gérées par des élus qui n’en ont pas l’expertise, mais s’arc-boutent pour en garder la compétence. Électoralisme oblige. Mais je ne suis pas non plus en train de dire qu’il faut abandonner nos concitoyens qui sont dans la galère.

Et pourquoi 2001 ? Car c’est le début d’un empilement : 2001 est l’année de la création de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie). Suivie en 2004 par le transfert du RMI. Puis en 2005 c’est la création de la PCH (prestation de compensation du handicap). En 2009, le remplacement du RMI par le RSA. Ces couches successives, chargeant toujours un peu plus la barque,  ont modifié en profondeur la structure même de la dépense des départements.

On comprend que l’inquiétude augmente année après année. En 2014, l’état a du mettre la main à la poche pour envoyer une bouée de sauvetage aux départements. Juste – excusez du peu – un petit « en-cas » de 1,5 milliard d’euros. Et le gouvernement  a autorisé ces mêmes départements à augmenter le taux des droits de mutation ? Pauvre de nous. Sans évolution du mode de financement de leurs compétences obligatoires, les départements ne pourront plus, dans leur grande majorité, équilibrer leur budget dans un proche avenir.

Bien sur, certains départements auront fait des économies de bouts de chandelle, un pansement sur une jambe de bois, en réduisant par exemple le nombre d’heures d’aide à domicile au bénéfice des GIR 4 (les personnes âgées les plus faiblement dépendantes). Une mamie de 90 ans, ça devrait plutôt aller à l’hospice et laisser son appart’ …. à des sans papiers.  C’est ce qu’on entend dire dans certaines commissions !   Pauvres mamies !

Mais le principal problème est bien celui du RSA, dans des départements déjà pauvres et où le nombre de bénéficiaires grimpe en flèche. Le RSA paralyse les départements. Les chiffres sont là. Si l’aide sociale à l’enfance (ASE) a augmenté de 1,4% entre 2013 et 2014. Celle liée aux personnes âgées de 1,8%. Et celle consacrée aux personnes handicapées de 4,1%. La hausse du RSA (allocation et actions d’insertion) est de 7,6% ! Et on s’abstiendra de parler des frais de gestion qui augmentent encore plus vite sans qu’on comprenne pourquoi.

Mais vouloir vous faire croire, pour des motifs politiciens, que la charge en incomberait à 100% à votre département est une véritable mascarade. Car certains de vos élus siégeant au Conseil Départemental, par des explications tronquées, des déclarations à côté de la plaque, des discours politiciens orientés, laissent planer le doute et vous induisent en erreur !

C’est vrai que le « partenaire état » réduit chaque année sa contribution. Une contribution à hauteur de 90% en 2009. De 79% en 2012. De 71% en 2013. Et seulement de 66% en 2014 où l’état aura du remettre de l’argent dans le système en fin d’année.

Voilà ce qui fait dire à des experts, qu’il faudrait que l’état reprenne le financement du RSA. Mais bien des élus estiment qu’on rognerait sur leurs prérogatives (!?) qu’il s’agirait d’un retour en arrière de la décentralisation et qu’on peut bien encore faire payer les moins pauvres d’entre nous pendant quelques temps. Jusqu’en 2017 ?

Quand à l’état, face à ce jeu qui consiste pour les collectivités territoriales à faire un pas en avant et deux en arrière, est il encore d’accord pour cette renationalisation et quelle compensation serait il capable de demander en échange ?

L’état, lui, de droite comme de gauche, a essayé de faire des économies. Plutôt minces. Mais en commençant à restructurer la fonction publique d’Etat, de façon subtile pour certains, et sournoise pour les autres, l’état a en effet sensiblement réduit le nombre de ses fonctionnaires entre 2012 et 2015. Que vous le croyez ou pas. Car on parle bien de la seule fonction publique d’État : Instits, policiers, militaires, gendarmes, juges…. comme si c’est là qu’il fallait chercher !!! Contrairement aux fonctionnaires des collectivités territoriales dont le nombre explose.   L’état est maintenant obligé de temps à autres, sous la pression des événements, de dire qu’il fait machine arrière. Ce qui pour le moment n’est qu’un effet d’annonce. Mais qui va se concrétiser – lentement – par une reprise des recrutements, pour être réel et effectif, comme par hasard,  à la veille de la prochaine élection présidentielle !?

Pourquoi l’état s’est il désengagé de sa contribution au RSA. Passer sous silence que l’état est en déconfiture serait mensonger. Mais l’état avait une autre idée en tête : il voulait inciter les départements à suivre son exemple et  à eux aussi engager des économies. Comme si, sans  contraintes, c’était possible. Quelle utopie ! Mais quel dirigeant national a les castagnettes pour contenir les responsables de collectivités territoriales qui ne songent qu’à devenir des roitelets dans leur fief. Comme si le département des PO, par exemple, était capable de s’auto limiter à créer des emplois inutiles. D’arrêter d’édifier des constructions parfois aussi vaines que somptuaires, de faire des investissements  sélectifs basés trop souvent sur l’étiquette politique et privilégiant un territoire plutôt qu’un autre,  toujours hors de prix à cause de dossiers – volontairement ou non – mal maitrisés. De ne plus distribuer des aides de façon partiale, injuste, de façon provocatrice.  LE TOUT PAR CLIENTÉLISME . Mais l’Aude ou l’Hérault ne sont pas en reste, comme  le département du « sieur » Bartolone, et on pourrait encore citer une liste très très très longue.

En est il d’ailleurs autrement dans votre commune, à Cabestany ?

Je vous parlerai une autre fois de ces autres aides gérées par les départements et dont certaines devraient logiquement être davantage à la charge de la sécurité sociale. Le citoyen est il vraiment informé de tous ces problèmes. Probablement pas car il n’aurait pas réélu les mêmes dans notre commune, au département ou à la région. A moins qu’il aime quand ça lui fait mal et on va finir par le croire. Mais la gauche est plus experte en matière de communication et de de propagande, pour nous faire croire n’importe quoi, et pour nous enfumer, plutôt que d’être compétente pour gérer nos finances.

Et il reste la solution des « incompétents » : en prendre toujours un peu plus dans notre poche.

Allez, positivons !

Et bon week end

Texte écrit pour Blog-Cabestany, le 20 janvier à 20 h 00, pour être mis en ligne le 22, mais ne soyez pas surpris si vous le retrouviez plus tard, ailleurs, sur le Net.

Les Cabestanyencs s’intéressent à leur environnement !

15 janvier 2016 by
on y trouve beaucoup de ce qui vous intéresse !

on y trouve beaucoup de ce qui vous intéresse !

L’Édito du vendredi chez Blog-Cabestany !

Le fleuve de vos mails est devenu une modeste rivière, mais tout est relatif, une fois passées ces Régionales qui nous auront valu des records de visite. Merci de votre confiance. On est donc revenu à la politique nationale. Vous nous parlez de cette controversée déchéance,  de la sécurité, des incohérences de ce gouvernement. Et de primaires … de tous bords !

Une fois éliminé ce qui ne concerne pas Cabestany, et vos critiques – beaucoup plus virulentes que les nôtres – sur cette « comédie » (c’est vous qui le dites !) qu’aura été à vos yeux une certaine cérémonie des vœux,  la semaine aura été plutôt calme. Nous reviendrons plus tard, après en avoir discuté avec vous, sur certains points évoqués par Monsieur le Maire lors de cette grand’ messe. Mais il faut que nous en parlions aussi avec nos Conseillers Municipaux de l’opposition, toujours fortement mobilisés,  qui nous apporteront sans aucun doute un autre éclairage…..

  Pour résumer,  vos mails les plus importants auront concerné l’écologie, et l’environnement de ce qui vous tient le plus à coeur. Là où vous vivez :  CABESTANY ! ….

et de cette Maison des Jeunes, que certains découvrent car ils étaient passés devant sans savoir quel était ce chantier. Dont certains n’avaient jamais entendu parler. Construite à un emplacement qui n’en finit pas de vous surprendre et dont vous pensez qu’il s’agit plus d’un entêtement que d’une décision raisonnée. Comme si vous découvriez comment est gérée votre commune !  Et certains d’entre vous sont passablement remontés. A vous de voir, de vous organiser. Ester en justice dit l’un d’entre vous ? Blog-Cabestany est là pour relayer l’information, parler de votre mobilisation mais pas pour prendre la tête d’une quelconque campagne.

Une Maison des Jeunes bien trop chère, nous écrit étonnamment l’un d’entre vous – qu’importe si on lui sert de tribune –  qui serait un sujet de discorde au sein même du Conseil Municipal entre ceux qui savent que les finances de la commune ne sont pas extensibles et s’inquiètent de ce qu’ils appellent déjà « l’héritage » et les tenants d’un certain dogmatisme qui ne s’embarrassent guère de ce qu’ils nommeraient de simples « décalages de trésorerie ». Et qu’une augmentation de la pression fiscale sur les ménages pourra toujours régler. Pauvre de nous ! Que certains, au  Conseil Municipal soient raisonnables devrait pourtant nous rassurer, ou nous inquiéter si la situation est celle qu’ils semblent vouloir nous dépeindre. Mais quelle est cette situation ? Et quel est le réel pouvoir de ceux ci, qui bien  qu’appartenant à la majorité municipale, ne semblent plus vouloir avaler des couleuvres ? Aujourd’hui sûrement aucun. DEMAIN ? 

Quant au citoyen, il nous parle de recours contre la municipalité. Quel recours ? N’est il pas un peu tard ? Mais mieux vaut tard que jamais !

Et on reste toujours effaré lorsque certains, aux manettes, nous parlent en se gargarisant, de « compétence ». Car si la compétence cà consiste à naviguer à l’aveuglette, dépenser sans savoir où l’on va, et ensuite augmenter les impôts, voilà une définition que l’on ne soupçonnait pas !

Sinon, nous répondons à celui qui nous demande si nous connaissons ce site qui recense les risques naturels : évidemment …. vous pouvez aller y faire un tour :

http://www.georisques.gouv.fr/

Quand à ce rapport qui date de 2012 et recense les risques d’inondation, nous le connaissions déjà, mais merci quand même de nous l’avoir envoyé et nous le mettons en ligne. Il fait 18 pages et ne soyez pas surpris si la première page est numérotée 51 car il est extrait d’un plus grand document.

ddrm66-12-05-inond

Vous savez que vous pouvez – à tout moment – nous envoyer tous les documents que vous voulez !

Tout parait quand même bien calme à Cabestany. Trop calme ? Alors que le Budget 2016 est toujours en chantier mais si le législateur n’avait pas fixé une date butoir, nul doute que dans notre commune on préférerait voter pour celui de l’année précédente, une fois l’exercice terminé. Ce serait tellement plus simple. Et vous envoyer une facture en fin d’année pour combler les trous.

Tout parait bien calme, disions nous : le calme avant la tempête ?  Notre horoscope ne nous le dit pas.

Et bon week-end.

Hommage à Cabestany !

10 janvier 2016 by

Pas besoin de grandes phrases ou de longs discours !

Mardi dernier, Gersende a assisté aux voeux de la mairie, à Cabestany !

8 janvier 2016 by

Un article de Gersende, sans titre, mais plutôt morose qu’elle aurait pu intituler « Maux roses et meilleurs vieux »

Ambiance de Sibérie à Cabestany

Ambiance de Sibérie à Cabestany

Gersende écrit : « Mais où étaient ils passés, et qu’avaient ils de plus urgent (ou agréable) à faire, mes amis les rédacteurs de ce Blog, pour m’envoyer, mardi soir, à leur place, écouter les vœux 2016 de la municipalité, au Centre Culturel de Cabestany. De cela, je me souviendrai longtemps ! »

Une sorte de fête de patronage, style années 50 à Malakoff ou à Arcueil, avec des projos mal réglés, une sono crachotante qui vous assourdit et vous donne la migraine, et sur le podium, le politburo impassible qui débite des slogans surannés sur fond d’images de propagande. Mais des propos aimables à l’encontre de l’agglo ?! Il ne manquait plus que des jeunes filles habillées en paysannes russes, dansant avec des cerceaux de fleurs, et chantant « Kalinka ». On nous jouait « Retour vers le passé ».

il ne manquait que Nadège pour nous chanter Kalinka

il ne manquait que Nadège pour nous chanter Kalinka

Tout ce barnum ne servait pas à grand chose pour dérider le bon peuple. Il y avait dans la salle une ambiance glaciale, à couper au couteau, en ce mardi soir. Aucun notable. Des visages moroses de citoyens qui semblaient être venus à contre cœur ou sur commande pour frapper bien modestement et bien calmement dans leurs mains. Si, à Cabestany, cela s’appelle des applaudissements, ouvrir la bouche comme un poisson rouge et sans rien dire s’appelle sans doute une manifestation de joie. On doit s’amuser davantage en Corée du Nord.

Et ces mots qui sonnaient creux et résonnaient dans le vide. Comme à l’habitude ? Oui, mais juste en pire. Comme si plus personne n’y croyait. Ceux qui parlaient comme ceux qui écoutaient et étaient censés adhérer au discours. Mais apparemment, mardi soir, le citoyen n’avait même plus envie de faire semblant.

Il faut écouter les Cabestanyencs vous dire que ce qui a changé au fil des ans à Cabestany, c’est qu’il était une époque où  les citoyens venaient aux voeux,  de bonne humeur écouter de bonnes nouvelles, et qu’aujourd’hui les mêmes viennent, inquiets des dérives de cette municipalité, pour apprendre à quelle sauce on va les manger. 

Une morosité de veille d’apocalypse ou de fin du monde, vous dis je ! Non, ne vous méprenez pas, « tout » n’était quand même pas de la faute de Monsieur le Maire. Enfin pas tout !!!

Mes voisins qui se faisaient une joie d’aller passer les fêtes chez leurs amis parisiens seront restés à Cabestany et auront réveillonné devant un plat surgelé mais signé par un « grand chef ». Car la sécurité n’est plus assurée dans notre pays, et en plein état d’urgence, les 800 et quelques voitures brûlées le soir du 31 sont le signe de l’impuissance de ceux qui nous gouvernent, du laxisme de nos institutions, et de cette certitude d’impunité de certains jeunes que les principes d’éducation de notre ministre « Belkassine » ne sont pas à la veille de remettre dans le droit chemin.

Et on dirait bien qu’on vend toujours autant de « romarin », tard le soir, sous mes fenêtres, comme avant l’état d’urgence.

Dans une France tiraillée par un débat bien stérile sur la déchéance de la nationalité. Quand ce sont souvent les mêmes qui sont « contre » cette déchéance, mais aussi « contre » la bi-nationalité car, disent ils, si on aime la France et qu’on revendique le droit du sol, on choisit de n’être que français et pas en même temps « papou ». Un débat improbable, initié par un « Moi Président » politicien et calculateur qui ne recherche qu’une majorité de bric et de broc pour son prochain congrès à Versailles. Mais un symbole. Alors ? Quand à cette déchéance, elle a déjà été appliquée, un 17 février 1940, à un certain secrétaire du Parti Communiste Français pour son « courage fuyons » devant l’ennemi. Mais tout cela a été expurgé dans nos manuels. (non je ne parle pas de Valls)

Et à Cabestany ? J’ai toujours du mal à me recentrer sur Cabestany avec ma lorgnette qui analyse la politique de façon plus régionale ou nationale et j’avoue que lorsque Monsieur le Maire parle de Coubertin et de ses autres projets Cabestanyencs, je suis un peu paumée.

Mais j’ai constaté, qu’à Cabestany,  le capitaine du « Potemkine » se cramponne toujours à la barre. Depuis des décennies. Et navigue dans la mauvaise direction croyant à chaque instant voir la terre promise à l’horizon, mais ce n’est qu’un mirage entretenu pour que la poignée des nostalgiques qui croient encore à l’utopie communiste ne se jettent pas à la mer.

On aura entendu, qu’après 30 années où même les conseillers municipaux de la majorité communo-socialiste ne sont plus jamais consultés ou associés aux décisions, on va bientôt envoyer un questionnaire aux Cabestanyencs et les faire participer à la vie de leur commune. Comment croire à ce genre de foutaises ?  Soljenitsyne revient ! On a préparé à tout hasard nos crayons pour remplir les coloriages.

Car nulle part ailleurs qu’à Cabestany, on ne vous parle plus de « dictature du prolétariat », de la Bettencourt, du Baron Seillères et du CAC 40 : des mots prononcés par des gens qui d’ailleurs ne semblent pourtant pas vivre comme dans les « Misérables ». Comme si nous on vous parlait de Gomulka à tous bouts de champs. Alors qu’à Sciences Po, mes anciens profs, du moins ceux qui sont toujours en activité, ont abandonné l’enseignement de la lutte des classes pour vanter la nouvelle religion dédiée au dieu « Macron ». Mais est ce vraiment mieux ? On trouvera toujours en ce bas monde des adorateurs du « veau d’or ». La « Macronisation » étant la nouvelle religion qui est l’Uberisation de notre économie. Des notaires en passant par les pharmaciens. La ministre de la Santé y pense peut être aussi pour désengorger les urgences à l’hôpital de Perpignan. Faites le 15 et vous verrez peut être arriver un « Uber-guérisseur » avec sa poudre de perlimpinpin, ses gri-gri et ses amulettes. Mais comme il n’y aura plus que lui à être remboursé. Et ensuite pour vous administrer l’extrême onction, il vous restera à dénicher un Uber-prélat qui achète ses hosties chez Lidl. Tout fout le camp, vous dis je.

Le sommet aura été atteint lorsqu’on nous aura parlé de cette nouvelle « Pharaonade » sans doute inutile et coûteuse que cette Maison des Jeunes dont le montant final dépassera sans doute tous les devis imaginables. Et que faut il penser du fait que Monsieur le Maire aura dit dans la même phrase que cette construction coûterait exactement le montant des recettes qui manqueront dans son budget !?  On ne croit pas au lapsus ! Et l’insistance avec laquelle il nous aura expliqué que les impôts sont moins lourds dans notre commune qu’ailleurs – ce qui reste déjà à démontrer – est elle une façon de nous préparer à une nouvelle augmentation de notre fiscalité communale ? Lorsqu’on examine le cout de nos impôts communaux et les services que nous avons en échange, je pense que s’il s’agit là du plus mauvais rapport « qualité/prix » du département.

Cette Maison des Jeunes, construite dans un bassin de rétention d’eau de ruissellement, savamment calculé pour vous sauver d’une éventuelle inondation mais à moitié bouché par cette monstruosité qu’on nous concocte et que nous allons payer bien trop cher. Si jamais un irresponsable s’avisait d’agrandir le Moulinas, la situation pourrait s’avérer périlleuse. Mais si vous croyez encore que l’on se préoccupe d’écologie à Cabestany, vous avez la démonstration qu’on se moque de vous. L’agenda 21 vu de Cabestany : quelle foutaise ! Quelle tromperie, quelle mystification, ….. quelle imposture.

Car cette construction est le signe de l’esprit « communiste » dogmatique de cette municipalité qui vous explique qu’il faut bien prendre dans la poche du citoyen pour investir dans des équipements – même inutiles –  pour soutenir l’emploi et l’économie. Vous avez « tout faux » Monsieur le Maire. Il s’agit plutôt de « collectivisme ». Et de dérive marxiste. Prendre moins d’argent dans la poche du contribuable et l’inciter à investir pour améliorer le confort de sa maison, la rénover, économiser l’énergie, est le seul chemin possible pour se sortir de l’impasse où vous nous envoyez. Laissons le citoyen consommer plutôt que lui édifier des palais à la Ceausescu. Une liberté confisquée par des élus qui se trompent de siècle, de lieu, d’environnement. Une spoliation.

Sur le parvis, des Cabestanyencs passablement remontés parlaient de monter une association écologiste contre cette construction qui défie tout bon sens. Ce n’est pas la première fois que j’entends ce genre de propos et que rien ne suit. Paroles ! Comme si subir à Cabestany était une fatalité.

Alors je me suis barrée avant la fin des palabres. Je n’ai pas attendu le bouquet final des trois pétards qui doivent nous couter les yeux de la tête. Je suis partie avec le flot de ceux qui regrettaient d’être venus. Tant pis pour le soda pour lequel semblait être uniquement là René qui prenait des notes. Mais peut être qu’à un certain moment de la soirée ce soda prend une couleur jaune et qu’il faut y rajouter cinq volumes d’eau. Je n’en saurai jamais rien.

Nos élus de l’opposition étaient là, stoïques. Mais je n’ai pas vu beaucoup de nos amis de la Droite Républicaine, et je commence à comprendre pourquoi on m’avait envoyé là.

En ce début d’année 2016, j’en ai marre des Taubirades, de la Valssitude, des Cazeneuvaines. Et de ce Président qui s’illusionne s’il croit nous attirer, nous les gens de Droite, dans ses filets par ces changements continuels de cap comme un barreur débutant dans la tempête. Marre de cette « gauche de la gauche » qui a fait main basse, tel l’histoire du  « cheval de Troie », sur notre nouvelle région et qui nous promet encore et toujours, comme à Cabestany, des lendemains qui chantent : «passes moi ta montre, je te donnerai l’heure ». Et qui ne songe qu’à siphonner notre dernier euro. Marre de ces belles phrases, de ces belles paroles qui finissent pas se télescoper aux réalités. Marre de ces grand’ messes comme mardi soir à Cabestany où l’on n’entend que bobards et boniments et où l’on s’aperçoit combien le citoyen est un mouton crédule, qui a perdu tout libre arbitre, et qui n’est prêt qu’à se faire tondre .

Mais bonne année quand même à tous !!!!!!!  Tant qu’on a des proches qui vous aiment, des amis, et la santé !

Dimanche soir 3 janvier 2016. « Charlie Hebdo » : regardez en avant-première la vidéo « du côté des vivants »

3 janvier 2016 by

Un document à voir sur Internet ce soir en avant-première. 57 minutes. Saisissant !

Juste un clic ci-dessous :

http://www.francetvinfo.fr/economie/medias/charlie-hebdo/charlie-hebdo-regardez-le-documentaire-du-cote-des-vivants-en-avant-premiere_1242784.html#xtor=EPR-51-%5Bcharlie-hebdo-regardez-le-documentaire-du-cote-des-vivants-en-avant-premiere_1242784%5D-20160103-%5Bbouton%5D

 

Merci à Électron Libre pour ce lien.

DIFFUSION PRÉVUE MARDI 5 JANVIER en deuxième partie de soirée : début vers 22 h 40 ou vers 23 H 10 sur  FRANCE 2 dans l’émission INFRAROUGE

Du côté des vivants Charle Hebdo


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 32 autres abonnés